Perturbateurs endocriniens : confirmation par l'Anses des risques sanitaires associés au BPA

Le 18 avril 2013 par Foodsafety Vigilance
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Publié le 10/04/2013 par Laurine Arnaud

Emballage / Matériaux au contact des denrées alimentaires > Emballages / Matériaux au contact des denrées alimentaires

 

Dans un communiqué du 9 avril 2013, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) annonce la publication des résultats de l'évaluation des risques sanitaires liés au Bisphénol A (BPA), qu'elle mène depuis trois ans. Elle y confirme les effets potentiellement néfastes de ce produit chimique classé comme perturbateur endocrinien et y indique que l'alimentation contribue à plus de 80% à l'exposition.
Le rapport publié vient clôturer l'évaluation des risques liés au BPA lancée en 2010, à la suite de la saisine de l'Anses par le ministère chargé de l'environnement.
L’objectif de cette évaluation "était d’intégrer de façon la plus large possible les différentes sources d’exposition potentielles au bisphénol A (alimentation, air, poussière, produits de consommation, …) et de modéliser les expositions aux différents âges de la vie, et dans certaines situations spécifiques d’exposition (travailleurs)".
 
Dans ses conclusions, l'Agence montre que certaines situations d’exposition de la femme enceinte au bisphénol A présentent un risque potentiel pour l’enfant à naître.
Elle précise néanmoins que le niveau de confiance associé à ces résultats est qualifié de "modéré".
 
Par ailleurs, concernant les sources d'exposition, elle conclut que l’alimentation contribue majoritairement à l’exposition. 
Trois grandes catégories de produits alimentaires sont identifiées comme sources principales : 
- les produits conditionnés en boîtes de conserve, avec en première ligne les légumes, suivis par les plats composés et les produits à base de viande et de poisson ;
- certains aliments d’origine animale (viandes, abats et charcuterie et produits de la mer) ;
- une contamination diffuse dont l’origine n’est pas identifiée qui représente entre 25 et 30% de l’exposition alimentaire totale ;
 
Le rapport d'évaluation ajoute que l'eau conditionnée dans des bonbonnes en polycarbonate, lorsqu'elle est consommée par la femme enceinte, associée aux autres expositions, entraîne un risque additionnel pour l'enfant à naître.
 
Cette évaluation des risques a également été l'occasion de recenser les alternatives potentielles au BPA. L'Anses souligne qu'il s'agit là d'un état des lieux des alternatives potentielles existantes et non d'une évaluation ou d'une validation de celles-ci.
Par ailleurs, dans ses recommandations, elle n'encourage pas à utiliser d'autres bisphénols comme solution de substitution.
 
Enfin, elle propose des conseils pour reconnaître les contenants susceptibles de contenir du BPA, en l'absence de mention d'étiquetage précise.
 
A noter, l'Agence indique également qu'elle poursuit actuellement d'autres travaux d'expertise pour d'autres perturbateurs endocriniens (phtalates, composés bromés, phénols, etc.).
 
Pour rappel, l'Anses avait déjà publié plusieurs rapports sur le BPA en septembre 2011. A la suite de ces premières évaluations, la loi n° 2012-1442 du 24 décembre 2012 a suspendu la fabrication, l'importation, l'exportation et la mise sur le marché de tout conditionnement à vocation alimentaire contenant du bisphénol A, à  partir de 2013 pour ceux destinés aux nourrissons et en 2015 pour tous les autres.
 
Sources : 
- Communiqué de presse de l'Anses, "Bisphénol A : l’Anses met en évidence des risques potentiels pour la santé et confirme la nécessité de réduire les expositions", 9 avril 2013 ;
- Rapport d'évaluation des risques du bisphénol A (BPA) pour la santé humaine de l'Anses, mars 2013.
 
 
 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus