Performances climatiques: la France chute à la 21e place

Le 11 décembre 2018 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Les pays dans les clous climatiques (en vert) se comptent sur les doigts de la main
Les pays dans les clous climatiques (en vert) se comptent sur les doigts de la main

 

Alors que les émissions de gaz à effet de serre (GES) sont reparties à la hausse au niveau mondial, Germanwatch et le New Climate Institute ont publié, le 10 décembre, le nouvel index des performances climatiques par pays. Dans le groupe des pays intermédiaires, la France perd 6 places.

C’est un classement original, sans peloton de tête. «Aucun des 56 pays analysés, ni de l’Union européenne, n’a une trajectoire lui permettant de rester au-dessous des 2°C de réchauffement», décrypte l’ONG qui a passé en revue 14 indicateurs relevant de 4 catégories: émissions de GES, énergies renouvelables, consommation d’énergie et politique climatique. Si certaines mesures vont dans le bon sens, les politiques nationales restent globalement largement insuffisantes. «Avant l’Accord de Paris, le monde se dirigeait vers un réchauffement de 4 à 5°C. La trajectoire actuelle dépasse les 3°C, ce qui reste catastrophique, alors que les coûts de l’électricité d’origine éolienne et solaire ont baissé d’environ un tiers», commente le professeur Niklas Höhne, co-auteur du rapport.

 

Suède et Maroc ont le vent en poupe

A la 4e place du CCPI (Climate change performance index 2019), la Suède confirme sa position de leader, grâce à l’essor de ses énergies renouvelables. Toutefois, ses émissions de GES diminuent trop lentement si l’on exclut les émissions liées à l’utilisation ou au changement d’affectation des terres et à la foresterie (UTCATF). Elle est suivie par le Maroc, sur la bonne voie pour atteindre 42% de capacités d’ENR installées en 2020, et par la Lituanie, qui est parvenue à infléchir ses émissions de façon significative.

 

La France perd 6 places

Dans le groupe des pays intermédiaires, la France perd 6 places et se retrouve en 21e position. Ses performances en matière d’ENR sont jugées mauvaises et l’annulation récente de la taxe carbone devrait encore la faire chuter l’an prochain. Elle est derrière la Roumanie et devant le Brésil. Un groupe dans lequel se retrouvent l’Italie (23e), l’Allemagne (27e), les Pays-Bas (28e) et la Chine (33e).

Dans le groupe des pays les moins performants, se trouvent près de la moitié des membres du G20: Japon (49e), Turquie (50e), Russie (52e), Canada (54e), Australie (55e), Corée (57e). Sans surprise, les Etats-Unis et l’Arabie Saoudite ferment le classement, respectivement à la 59e et 60e place.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus