Penly 3 : GDF Suez jette l’éponge

Le 23 septembre 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

 

Le monopole nucléaire d’EDF reste entier. Après avoir longtemps postulé pour être associé à l’exploitation du second EPR français, qui doit être construit à Penly (Seine-Maritime), GDF Suez s’est rendu à l’évidence : EDF ne lui laissera jamais la moindre place dans son parc nucléaire. Le groupe franco-belge en a donc tiré la conclusion logique. Dans une lettre adressée au Premier ministre, et que s’est procuré Les Echos, le président du groupe, Gérard Mestrallet, confirme qu’il se retire totalement de ce projet. Désormais, les seuls partenaires d’EDF à Penly sont, pour le moment, Total et l’Enel italienne.

Ce retrait ne sonne pas forcément comme un échec pour GDF Suez. En effet, le réacteur EPR s’avère beaucoup plus cher à construire que prévu. Sortir à temps d’un projet jugé dispendieux est un acte de bonne gestion. Ce qu’ont d’ailleurs considéré la plupart des analystes sur la place de Paris. D’autre part, l’énergéticien n’a pas renoncé à devenir un opérateur nucléaire en France, comme il l’est d’ailleurs en Belgique. Dans son courrier, Gérard Mestrallet confirme que son entreprise souhaite toujours construire et exploiter un réacteur Atmea, dans la vallée du Rhône. Un réacteur dont l’Autorité de sûreté nucléaire vient de commencer les études de sûreté.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus