Pendant les vacances, la sécheresse continue

Le 21 août 2017 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
30 départements en alerte rouge à ce jour
30 départements en alerte rouge à ce jour

Alors que Nicolas Hulot a présenté, le 9 août, son plan d’action pour préserver les ressources en eau, la sécheresse s’accentue dans l’Hexagone. A ce jour, 84 départements sont visés par des arrêtés de restriction d’eau, et 30 sont en état de crise.

C’est en plein cœur de l’été que les grandes lignes du plan gouvernemental contre la sécheresse ont été présentées. Le ministre de la transition écologique a détaillé, lors du conseil des ministres du 9 août, la mise en place de retenues d’eau, la réutilisation des eaux usées, un nouveau plan d’adaptation au réchauffement climatique et l’essor d’une agriculture plus économe en eau. Dans un communiqué commun, les ministres de l’écologie et de l’agriculture expliquent que «la France connaît actuellement une situation hydrologique préoccupante». «Une situation exceptionnelle qui pourrait devenir commune à partir de 2050 en raison du dérèglement climatique», rappellent-ils.

 

Economisez!

Pour y remédier, citoyens, entreprises, administrations et services publics sont priés d’économiser l’eau grâce à «des campagnes de proximité de sensibilisation et de communication tout au long de l’année». Les collectivités devront pour leur part mettre la main au portefeuille pour investir dans la réduction des fuites de canalisation et la réutilisation des eaux usées. Les agriculteurs y mettront aussi du leur. Le gouvernement les incite à recourir aux assolements, à une irrigation plus efficace et à une sélection génétique des espèces. La R & D sera par ailleurs soutenue.

 

Des retenues contestées

Contestée par France Nature Environnement (FNE) et France Libertés, une autre mesure vise à créer des retenues d’eau pour stocker la ressource en hiver.

«Poursuivre la construction de retenues d’eau n’est pas la solution. Le manque de précipitations de cet hiver et du printemps le montre: les retenues peuvent elles aussi se retrouver à sec. Elles ne sont pas non plus sans impacts environnementaux», affirme FNE, alors que les travaux de réhabilitation de la zone humide du Testet doivent démarrer, deux ans après l’abandon du projet de retenue de Sivens.

Pour la fédération, les solutions à long terme résident au contraire dans l’évolution des pratiques agricoles vers des cultures moins gourmandes en eau et mieux adaptées aux conditions climatiques locales.

Alors que des cours d’eau sont à sec sur plusieurs centaines de mètres, voire des kilomètres, notamment en Charente-Maritime, ces solutions d’urgence ne permettent pas de restaurer le cycle de l’eau local selon l’association France Libertés. «Seule une gestion de l’eau durable peut atténuer les effets du changement climatique. Eau et climat sont intrinsèquement liés et des alternatives existent pour rééquilibrer la situation climatique locale», estime Justine Rocher, chargée du programme Eau-Bien commun de l’ONG.

 

Colère au sein des agences de l’eau

Dépourvu de moyens financiers, le plan Hulot se poursuit avec l’annonce d’un deuxième plan national d’adaptation au changement climatique d’ici fin 2017, un plan d’action sur l’eau et l’assainissement en Outre-mer, la mobilisation des préfets coordinateurs de bassins, la mise en place d’une cellule d’expertise dédiée à la gestion de l’eau en agriculture sous la tutelle des ministères de l’écologie et de l’agriculture et l’accompagnement des collectivités via les Agences de l’eau. Des agences qui se sont rebiffées dès le 4 août, par voie de communiqué. A la sortie d’une entrevue avec Nicolas Hulot, les 7 présidents de comité de bassin et les 6 directeurs d’agence ont déclaré «qu’ils ne pourraient pas tout faire». «Les arbitrages budgétaires nous laissent entrevoir le pire avec l’instauration d’un plafond mordant sur la redevance sur l’eau qui priverait la politique de l’eau de ses moyens vitaux», poursuivent-ils.

 

Trente départements en alerte rouge

Pendant ce temps, la sécheresse s’accentue en France, en particulier sur la façade atlantique. Trente départements font face à une situation de crise, selon le site Propluvia du ministère de la transition écologique. Les préfets ont pris des arrêtés interdisant les prélèvements non prioritaires pour arroser les jardins, remplir les piscines ou laver les voitures. Au total, 84 départements sont visés par un arrêté de restriction des usages de l’eau.

Quant aux nappes phréatiques, 71% affichent un niveau bas à très bas selon le bilan dressé le 16 août par le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), témoignant d’une situation dégradée par rapport à la normale, en raison d’un déficit pluviométrique important durant l’hiver et le printemps



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus