Pékin ferme ses frontières à une nouvelle série de déchets

Le 19 novembre 2018 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Les déchets d'acier interdits à l'importation à la fin de l'année
Les déchets d'acier interdits à l'importation à la fin de l'année

 

La Chine ajoute 32 nouveaux types de déchets aux 24 catégories déjà interdites à l’importation depuis le 1er janvier dernier. Une nouvelle décision qui oblige les pays occidentaux à repenser dans l’urgence leurs modes de traitement.

 

Les frontières chinoises se ferment davantage aux déchets étrangers, et en particulier aux déchets des pays occidentaux. Après certains plastiques, papiers et textiles, c’est au tour des résidus d’acier inoxydable, bois, pièces automobiles et de navires d’être refusés par l’Empire du milieu à partir du 31 décembre 2018, selon l’agence Chine nouvelle qui cite un document ministériel.

 

Baisse de 50% des importations

Pour ne plus être la capitale mondiale des déchets à recycler, Pékin utilise les grands moyens. Rien de tel qu’une interdiction pour stopper net tout flux de déchets, comme l’a montré la mesure entrée en vigueur début 2018. Entre le 1er janvier et le 30 octobre, les importations de déchets de plastique, métal et papier ont chuté de 51,5% par rapport à la même période en 2017, selon Chine nouvelle.

Surtout, cette décision met au pied du mur les pays occidentaux fortement importateurs, comme le Royaume-Uni et les Etats-Unis. Outre-Manche, l’interdiction chinoise a renforcé la mobilisation visant à accélérer le recyclage du plastique sur le territoire.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus