Pêcheurs et élus locaux opposés au parc éolien du Tréport

Le 29 juillet 2015 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les opposants critiquent le choix de l'emplacement
Les opposants critiquent le choix de l'emplacement

Entamée le 24 avril, la consultation autour du parc éolien du Tréport (Seine-Maritime) s’est conclue le 28 juillet au soir par une forte opposition exprimée lors d’une réunion publique. Celle du maire de Mers-les-Bains (Somme) et président du syndicat mixte de la Baie de Somme (Emmanuel Maquet, LR), du département et celle du maire adjoint du Tréport (Laurent Jacques, PCF).

Au large du Tréport, un consortium emmené par Engie entend mettre en service 62 turbines Adwen (Areva-Gamesa) de 8 mégawatts chacune pour un coût de 2 milliards d’euros. La réalisation de ce parc lui a été confiée en juin 2014 par l’Etat à l’issue d’un deuxième appel à projets.

 

Débat autour du potentiel halieutique

Les opposants, élus locaux et pêcheurs, critiquent l’emplacement retenu, qui correspond selon eux à «la zone halieutique la plus riche pour les pêcheurs». «Environ 90 bateaux français, enregistrés à Dieppe et à Boulogne-sur-Mer, seraient touchés», ajoutent-ils. Ils préconisent une localisation alternative, à l’ouest de Dieppe (Seine-Maritime).

Pour les porteurs du projet, au contraire, la pêche reste possible dans la zone, y compris pendant la phase de construction et d’installation, prévue entre 2019 et 2021.

Les conclusions de la commission nationale du débat public (CNDP) sont attendues fin septembre.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus