Pêche profonde: le double langage des Européens

Le 03 décembre 2014 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le ministre français de la pêche fait pression
Le ministre français de la pêche fait pression

Le think tank britannique NEF (New Economics Foundation) a publié, ce 3 décembre, un rapport intéressant qui lève le voile sur les pressions des Etats membres pour relever les quotas européens visant les espèces profondes.

 

L’annonce par le Conseil européen, le 10 novembre, de 20 nouveaux quotas sur les espèces en eaux profondes pour 2015 et 2016 a suscité la colère de nombreuses associations environnementales. Favorisant la surpêche, ces totaux admissibles de capture (TAC) s’avèrent en effet contraires à l’esprit de la réforme de la politique commune de la pêche (PCP).

L’étude de la NEF révèle que pour les 16 espèces bénéficiant d’un avis scientifique du Conseil international pour l’exploration de la mer (CIEM), 11 quotas dépassent les recommandations, en particulier pour le sabre noir et la brème de mer.

Surtout, elle a pu avoir accès aux différentes propositions par Etat membre. Au regard des 16 espèces étudiées par les scientifiques, la NEF montre ainsi que l’Espagne a proposé les quotas les plus importants, dépassant de 1.405 tonnes par an les recommandations du CIEM. Elle est suivie par le Portugal, qui les surpasse de 1.054 t/an. La France arrive en 3eè position, avec sa proposition de quotas supérieurs de 700 t/an par rapport aux avis scientifiques.

Au-delà des tonnages de capture, le système de pêche a aussi plus ou moins d’impact sur les communautés et l’environnement. Selon la NEF, les pêcheurs portugais utilisent majoritairement de petits palangriers pour capturer le sabre noir tandis que les pêcheurs français recourent surtout à de grands chalutiers qui emploient 6 fois moins de personnes par tonne de poissons débarquée.

Les prochains quotas doivent encore être confirmés lors du Conseil européen des 15 et 16 décembre. La NEF sera au rendez-vous et lèvera de nouveau le voile sur les manœuvres des Etats membres.

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus