Pêche profonde: le début de la fin?

Le 11 décembre 2013 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La Scapêche veut abandonner le chalutage profond en 5 ans.
La Scapêche veut abandonner le chalutage profond en 5 ans.
Scapêche

Coup de théâtre. Quelques heures après le rejet par les eurodéputés de l’interdiction du chalutage en eau profonde, la Scapêche annonce un changement de ses pratiques, décriées par les organisations de protection de la biodiversité marine.

Dans un communiqué, l’armement du groupe Intermarché se félicite, certes, du vote du Parlement européen. Mais c’est aussitôt pour souligner que la bataille navale n’est pas terminée. «L’examen de la proposition de règlement ne s’achève cependant pas avec le vote du Parlement de Strasbourg. Vont désormais s’ouvrir des négociations informelles entre le Parlement, la Commission et le Conseil des ministres. Le texte définitif devrait être publié au courant de l’été 2014, après que le Conseil (en fait, les Etats membres) se sera prononcé», rappelle avec raison l’entreprise.

La messe n’est donc pas dite. D’autant que fleurissent sur les réseaux sociaux des appels au boycott des hypermarchés adhérant au groupement des Mousquetaires.

5 ans pour changer de pêche

Aussi annonce-t-il un changement progressif de ses techniques de pêche. «Dans l’attente d’avis scientifiques indiscutables et partagés par toutes les parties prenantes, y compris par les ONG, nous nous engageons à tout mettre en œuvre pour ne pas cibler systématiquement les espèces de grands fonds. Celles-ci pourront cependant figurer parmi les prises accessoires, mais -je le redis- les espèces d’eau profonde ne seront plus ciblées. La Scapêche va mettre à profit la période probatoire de 5 ans votée par les députés européens pour réorienter ses activités vers d’autres espèces», avance Fabien Dulon, son directeur général.

L’armateur tend même la main aux ONG «et leur propose de s’associer à elles pour l’élaboration d’un cahier des charges de production».

Bonne nouvelle pour Greenpeace

«C’est d’abord une bonne nouvelle pour les fonds marins, le massacre va peut-être enfin cesser, se réjouit Hélène Bourges, de Greenpeace France, dans un communiqué. Cette contradiction entre la décision européenne et la position de l’industrie est aussi la preuve du manque total de vision des politiques. La question du chalutage profond montre encore une fois qu’il est urgent de transformer le secteur. M. Cuvillier, ministre français des pêches, en a le mandat mais il ne fait rien en ce sens.»

Pour surprenant qu’il paraisse, le virement de bord de la Scapêche est dans le vent de l’histoire. Ces derniers jours, Casino et Carrefour ont annoncé l’arrêt de la commercialisation des espèces vivant dans les eaux profondes. Une décision qui fait suite à la campagne initiée par l’association Bloom, laquelle a recueilli, en quelques jours, 750.000 signatures demandant l’interdiction du chalutage en eau profonde.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus