Pêche: mauvais coup des fourchettes dans la politique commune

Le 16 mars 2016 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La politique commune de la pêche prise dans les filets du compromis.
La politique commune de la pêche prise dans les filets du compromis.
DR

Parlement, Commission et ministres européens de la pêche ont trouvé un accord autour de la mise en œuvre de la politique commune de la pêche (PCP). Au risque d’en écorner l’un des principes fondamentaux?

Le coup de (la) fourchette des Européens aura-t-il raison du bon état des stocks de poissons? C’est ce que l’on peut craindre, après l’accord trouvé mardi 15 mars entre la Commission, les ministres de la pêche des 28 et le Parlement européen autour de la mise en œuvre de la PCP. Après 10 mois de difficiles négociations, le trilogue est parvenu à un compromis sur un plan pluriannuel de gestion de la pêche en mer Baltique. «Ce plan permettra que les activités de pêche dans la Baltique soient menées de façon soutenable, raisonnable et économiquement viable, sans faire peser des pressions inutiles sur l’environnement», a déclaré Jaroslaw Walesa, le député polonais qui préside la commission Pêche du Parlement.

Fourchettes

Les ministres de la pêche réclamaient de la «flexibilité», pour pouvoir tenir compte de la situation sociale et économique de leurs pêcheurs, notamment en adaptant les quotas de pêche d’année en année. Un statu quo auquel le Parlement européen a opposé un veto sans appel. Mais il vient d’accepter un arrangement des plus discutables: le principe des fourchettes d’objectifs ciblés de mortalité par pêche. En clair, cela revient à fixer les limites de captures des plans pluriannuels en édictant un plafond bas et un plafond haut.

RMD contournée

C’est le Conseil international pour l’exploration de la mer (Ciem) qui a été chargé d’établir ces fourchettes ‘autour’ des limites de captures durables, c’est-à-dire au-dessus ou au-dessous du ‘rendement maximal durable’ (RMD), qui correspond au tonnage de biomasse (de poissons) qui doit rester dans la mer pour assurer le renouvellement des stocks. Le RMD est l’une des pierres angulaires de la PCP. Cet accord entérine donc la possibilité de pêcher plus que ce qui est spécifié en toutes lettres dans la PCP et pérennise en conséquence la surpêche.

Négociations conditionnées

«En acceptant les fourchettes, le Parlement a fait son deuil de pêcher au RMD, analyse Stéphan Beaucher, expert pêche pour l’ONG Pew. Et il a érigé un certain nombre de prescriptions qui peuvent être considérées comme des garde-fous.» Des mesures archi-techniques, qui n’enrayent en rien le dévoiement de la PCP. «Dans la négociation autour de la mer du Nord qui débute dans quelques semaines, on ne se posera même plus la question des fourchettes. Il s’agira d’ajouter des garde-fous supplémentaires pour essayer de les neutraliser», regrette Stéphan Beaucher. Viendront ensuite les discussions autour de l’Atlantique Nord, de l’Adriatique Nord ou du golfe du Lion. Avec encore plus de pays et d’espèces de poissons au menu.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus