Pêche illégale: carton rouge au Sri Lanka

Le 14 octobre 2014 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Au total, 3 pays sont privés d'étals européens
Au total, 3 pays sont privés d'étals européens

Le Sri Lanka vient de rejoindre la liste des pays qui se voient refuser le marché européen pour leurs produits de la pêche. Le Cambodge et la Guinée-Conakry sont frappés par cette interdiction depuis le 24 mars 2014.

«Cette décision a été prise après 4 années de dialogue approfondi avec le pays, à l’issue duquel celui-ci n’a pas pu démontrer qu’il lutte suffisamment contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN)», explique Bruxelles dans un communiqué. Cette mesure est prévue par le règlement européen INN entré en vigueur en 2010.

En revanche, la Commission lève ses sanctions à l’encontre de 5 pays: les Fidji, le Panama, le Togo et le Vanuatu –dont l’avertissement remonte à novembre 2012- ainsi que le Belize, marqué par une interdiction commerciale depuis mars dernier.

Le Sri Lanka, qui avait reçu un carton jaune en novembre 2012, n’a toujours pas suffisamment mis en œuvre de mesures de contrôle ni de sanctions dissuasives pour la pêche en haute mer. Si elle est confirmée par le conseil des ministres de la pêche, cette interdiction entrera en vigueur mi-janvier 2015. «Elle visera tout produit pêché dans le monde par un navire battant pavillon sri-lankais, ainsi que tout produit pêché dans les eaux sri-lankaises par un bateau européen», explique Maria José Cornax, chargée de campagne sur la pêche à Oceana.

Une nouvelle coalition réunissant les associations Pew, Oceana, WWF et Environmental Justice Foundation a salué la décision de Bruxelles, affirmant que ces sanctions sont efficaces pour inciter les pays à mettre en œuvre des mesures concrètes, comme le cas du Belize l’a démontré. Les ONG ont aussi souligné la volonté dont a fait preuve l’ancienne commissaire en charge de la pêche Maria Damanaki et appellent son successeur désigné, le Maltais Karmenu Vella, à poursuivre la lutte contre la pêche INN. Selon Bruxelles, la pêche illicite, non déclarée et non réglementée représente de 11 à 26 millions de tonnes de captures par an, pour un coût compris entre 7 et 17 milliards d’euros.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus