Pêche électrique: deuxième plainte contre les Pays-Bas

Le 16 avril 2018 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Bruxelles enregistre une nouvelle plainte, en pleines négociations sur la pêche électrique en Trilogue
Bruxelles enregistre une nouvelle plainte, en pleines négociations sur la pêche électrique en Trilogue

 

Poursuivant sa lutte contre la pêche électrique en Europe, l’ONG Bloom dépose, ce 16 avril, une nouvelle plainte contre les Pays-Bas au nom de l’absence de publication des aides à la pêche entre 2007 et 2014. Une obligation dans l’UE.

 

Non seulement la pêche électrique ravage la faune marine, en provoquant brûlures, ecchymoses et déformations du squelette, mais elle serait de surcroît fortement subventionnée par le gouvernement néerlandais. Bloom a en effet levé un lièvre de plus en montrant qu’Amsterdam est le seul exécutif à ne pas avoir communiqué à Bruxelles le montant des subventions accordées à sa flotte entre 2007 et 2014 au titre du Fonds européen pour la pêche[1]. C’est pourtant une obligation prévue par le règlement du 26 mars 2007.

 

Curieux hasard

Curieux hasard, c’est précisément pendant cette période que les 84 licences de pêche électrique ont été accordées aux Pays-Bas. «A cette époque, les chalutiers traditionnels étaient en faillite à cause de leur consommation élevée de gasoil et voilà qu’apparaît la solution de leurs problèmes: le courant électrique! Lorsqu’ils sont électrocutés, les poissons sortent du sédiment comme du pop corn, rappelle Claire Nouvian, présidente de l’ONG. Non seulement les industriels ont obtenu un nombre de licences supérieur au cadre règlementaire (30% au lieu de 5% de la flotte), (...) mais tout indique que les Néerlandais ont également réussi à obtenir des millions d’euros d’aides publiques.»

Depuis le 1er août 2015, l’enveloppe néerlandaise est désormais connue: au moins 5,7 millions d’euros de subventions publiques ont soutenu le développement de la flotte industrielle de pêche électrique, dont 3,8 M€ (67%) provenant de l’UE.

 

Deuxième plainte

C’est la deuxième plainte que Bloom formule contre Amsterdam, qui détient la plus importante flotte de chalutiers de fond électriques dans l’UE, avec 84 navires opérant dans le sud de la Mer du Nord. Une zone où les ressources halieutiques ont fortement régressé au cours des 10 dernières années, en particulier les stocks de soles et de plies. La précédente plainte remonte au 2 octobre dernier, pour le dépassement du nombre autorisé de licences pour la pêche électrique (5% de la flotte nationale de chalutiers à perche à titre expérimental).

 

Négociations en cours

Alors que les négociations en trilogue se déroulent actuellement dans l’UE, le Parlement s’est exprimé en janvier pour une interdiction effective de la pêche électrique, avec suppression des dérogations. L’exécutif, lui, plaide pour leur maintien et leur extension.

 



[1] devenu Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche (Feamp)

 



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus