Pêche au thon: statu quo dans l’océan Indien

Le 01 juin 2016 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le thon albacore pourrait bientôt disparaître
Le thon albacore pourrait bientôt disparaître

Les négociations entamées au sein de la Commission thonière de l’océan Indien (CTOI) ont échoué, le 27 mai à La Réunion, à protéger le thon albacore de la surpêche.

 

Alors que le thon albacore est surexploité dans l’océan Indien, et qu’il pourrait disparaître à partir de 2017, il n’est toujours ciblé par aucune mesure de protection efficace. La CTOI s’est contentée de réduire, sur le papier, les prises annuelles de 15% des thoniers-senneurs dans la région. Mais en l’absence de quota et de déclaration des tonnages pêchés, la mesure restera sans grand effet. Par ailleurs, les scientifiques préconisent une baisse de 20% au minimum pour éviter le point de non-retour.

Quant aux dispositifs de concentration de pêche (DCP), accusés par Greenpeace de doubler, voire de quadrupler les rejets annuels, ils ont simplement été réduits de 550 à 420 équipements par thonier à cause de la pression de l’Espagne. «C’est loin d’être à la hauteur des enjeux liés à la surpêche aujourd’hui», déplore l’ONG.

Encadré

La France et Madagascar assurent, à partir de ce 1er juin, la présidence de l’Initiative internationale pour les récifs coralliens (IIRC). Succédant au Japon et à la Thaïlande, elles auront la lourde charge d’animer ce réseau d’évaluation alors que les récifs disparaissent rapidement sous l’effet du changement climatique. La France abrite 10% des récifs coralliens recensés dans le monde et la deuxième plus longue barrière de corail, en Nouvelle-Calédonie.

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus