PCP: les ministres fixent les grandes lignes du budget

Le 16 juillet 2013 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La limitation de la surpêche est dotée de moyens
La limitation de la surpêche est dotée de moyens

Les ministres européens de la pêche se sont entendus, le 15 juillet, sur les grandes lignes de la répartition de l’enveloppe affectée à la politique commune de la pêche (PCP), qui représente 6,4 milliards d’euros pour la période 2014-2020.

Il s’agit du dernier acte de la PCP, dont l’accord avait été trouvé le 30 mai entre le Parlement et le Conseil des ministres (voir JDLE). Pour rappel, celui-ci vise à limiter la surpêche affectant 80% des stocks de poissons en Méditerranée et 47% des stocks de l’Atlantique du Nord-est.

Les ministres ont décidé d’octroyer 4,384 Md€ au développement durable de la pêche, de l’aquaculture et des zones de pêche. Ils ont ajouté un minimum de 45,477 M€ au financement du stockage des prises trop petites ou abîmées, dont le rejet en mer est désormais interdit, sous conditions (voir JDLE).

Avec 344 M€, les fonds alloués à la collecte des données sur les ressources halieutiques touchées par la surpêche ont été augmentés. Même chose pour les fonds affectés aux contrôles de la surpêche, qui représentent désormais 482 M€.

«Cet accord sur le Fonds européen des affaires maritimes et de la pêche (FEAMP) ouvre la voie à la mise en œuvre de la réforme du secteur pour une pêche plus pérenne et durable», a déclaré, à l’issue du vote, la commissaire européenne en charge de la pêche, Maria Damanaki. Selon elle, l’état des stocks de poissons s’améliore dans l’Atlantique, mais moins en Méditerranée et en mer Noire.

«Ce texte permettra la mise en œuvre d’une politique de la pêche rénovée, durable et responsable et lui donnera la capacité concrète d’atteindre les objectifs d’élimination des rejets et du rendement maximal durable», a commenté le ministre français de la pêche Frédéric Cuvillier. Selon le ministère, 61% des stocks sont désormais pêchés durablement dans l’Atlantique, contre 6% en 2005.

Pour finaliser le compromis présenté par la présidence lituanienne, des concessions ont été faites à l’Espagne, qui voulait maintenir son financement en dépit du changement de critères dans l’attribution. Le texte doit encore faire l’objet d’un vote par le Parlement, prévu le 21 octobre. A cette occasion, les eurodéputés devront aussi se prononcer sur la réintroduction des aides à la construction des navires, adoptée de justesse par la commission Pêche le 10 juillet (voir JDLE).

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus