PCP: les ministres européens s’éloignent d’une pêche durable

Le 15 mai 2013 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
En mer, 62% des stocks de poissons de l’Atlantique Nord et plus de 80% des stocks méditerranéens sont surexploités
En mer, 62% des stocks de poissons de l’Atlantique Nord et plus de 80% des stocks méditerranéens sont surexploités

Dans le cadre de la réforme de la politique commune de la pêche (PCP), les négociations des ministres européens de la pêche ont abouti au petit matin, ce 15 mai, à un texte limité par rapport aux ambitions du Parlement.

Après 36 heures de négociations, le conseil Pêche a en effet adopté un accord qui rappelle l’objectif de reconstituer les stocks de poissons européens sur le principe du Rendement maximal durable, sans préciser aucune date-butoir par espèce, contrairement à ce que souhaitait le Parlement. Par ailleurs, les Etats ont souhaité que cette obligation ne soit applicable que «là où c’est possible».

Les exceptions à l’interdiction des rejets ont toutefois été réduites, pour passer de 7% en 2014 à 5% des stocks en 2019. Ces rejets représentent près d’un quart des prises totales annuelles dans l’UE.

Les traditionnels réticents à la réforme restent l’Espagne, la France, le Portugal, la Grèce et la Belgique. Ces 5 Etats se sont en particulier opposés à fixer une date précise pour la reconstitution des stocks halieutiques et ont insisté pour que l’interdiction des rejets, appelée de ses vœux par le Parlement (voir JDLE), comporte des pourcentages d’exceptions plus importants.

De son côté, l’Allemagne a œuvré pour que le texte soit plus courageux, tandis que la Suède a été le seul Etat à refuser de le signer, au nom d’un manque d’ambition.

Plusieurs ONG ont aussitôt exprimé leur déception. «Le texte sur lequel les ministres se sont mis d’accord n’égale pas l’ambition du Parlement européen et sera insuffisant pour reconstituer les stocks», juge Xavier Pastor, directeur exécutif d’Oceana.

Pour le WWF, la position du Parlement permettrait de reconstituer trois quarts des stocks halieutiques en 10 ans, tandis que celle du conseil Pêche ne le permettra, pour 90% des stocks, que dans 100 ans au minimum.

«Les ministres ont fait quelques concessions mais j’aurais préféré assister à une décision plus courageuse», a commenté de son côté Ulrike Rodust, l’eurodéputé en charge des négociations.

Selon Bruxelles, environ deux tiers des stocks halieutiques européens sont actuellement surexploités, et le secteur de la pêche a perdu un tiers de ses emplois au cours des 10 dernières années.

La présidence irlandaise de l’UE a indiqué que le texte allait aussitôt être présenté au Parlement européen, co-législateur sur ce dossier suite à l’adoption du traité de Lisbonne, afin de parvenir à un accord sur la réforme de la PCP avant l’été. Les prochaines négociations se tiendront les 28 et 29 mai.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus