PCB: des résultats d’imprégnation peu rassurants

Le 30 mai 2008 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le 29 mai, le WWF-France et l'Association santé et environnement Provence (Asep), qui regroupe 350 membres dont une majorité de médecins, ont publié les résultats d'une étude d'imprégnation aux PCB réalisée sur 52 personnes: 42 volontaires originaires du delta du Rhône, 3 pêcheurs de la Seine, 1 pisciculteur de la Somme, et 6 témoins ne vivant pas en bord de fleuve et ne consommant pas de poisson en provenant. «Nous avons bien fait de mener cette étude: différentes catégories de population présentent un fort taux de contamination», a déclaré Patrice Halimi, chirurgien pédiatre et secrétaire général de l'Asep.

Un «bruit de fond» a été détecté chez la totalité des sujets, les témoins ayant en moyenne 16,83 picogrammes de PCB par gramme (pg/g) de matière grasse. La teneur moyenne détectée chez les personnes vivant autour des fleuves et mangeant du poisson moins d'une fois par semaine est d'environ 28 pg/g, et celle des personnes vivant au bord d'un fleuve et mangeant du poisson est de près de 70 pg/g. «Il existe une corrélation entre l'âge et le taux de PCB», ajoute Guillaume Llorca, responsable investigations au WWF-France. Ainsi, la personne présentant le taux le plus élevé de PCB, soit 572 pg/g, pêcheur lié à la Seine, est aussi le plus âgé de volontaires.

Lors du deuxième comité de suivi et d'information sur la pollution du Rhône aux PCB, qui a eu lieu le 28 mai, le préfet de la région Rhône-Alpes Jacques Gérault a indiqué qu'une étude d'imprégnation serait menée par l'Institut de veille sanitaire (InVS) et l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) auprès de 900 personnes (150 sur 6 sites différents). Mais les premiers résultats ne seront connus qu'en 2010.

Le préfet a par ailleurs précisé que l'interdiction de pêche, de consommation et de commercialisation de certains poissons (gardon, perche, truite…) a été levée le 6 mai pour la zone comprise entre le confluent du Rhône avec l'Isère et celui du Rhône avec la Durance. Une circulaire du ministère chargé de l'agriculture précisera les mesures d'accompagnement économiques prévues pour les pêcheurs professionnels, 12 d'entre eux étant concernés dans le bassin du Rhône. Ils devraient être indemnisés à hauteur de 30.000 euros.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus