Paysage: l’Europe est complètement fragmentée

Le 08 septembre 2011 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Un rapport publié le 5 septembre par l’Agence européenne pour l’environnement (AEE) et l’Office fédéral suisse pour l’environnement (OFEN) montre pour la première fois l’étendue de la fragmentation du paysage en Europe.
 
Les pays du Benelux, Malte, l’Allemagne et la France sont les plus touchés par le phénomène, selon les cartes établies par l’AEE. La Roumanie, dominée par les Carpates et plus de 13 parcs nationaux, s’en sort mieux: le pays abrite 60% des ours d’Europe, 40% des loups et 35% des lynx.
 
«Les routes, autoroutes, chemins de fer, l’agriculture intensive et les développements urbains brisent l’Europe en une multitude de petites parcelles, avec des conséquences potentiellement dévastatrices sur la flore et la faune», selon Jacqueline McGlade, directrice exécutive de l’agence basée à Copenhague.
 
De plus en plus d’animaux se retrouvent aujourd’hui «coincés» dans des espaces naturels réduits par l’urbanisation. Entourés de routes, ils ne peuvent rejoindre d’autres lieux de vie sans prendre le risque de se faire écraser. Les populations ainsi isolées voient leurs chances de survie diminuer de façon inquiétante, elles doivent aussi faire face à l’arrivée d’espèces invasives.
 
En Suisse par exemple, le lièvre brun (Lepus europeus) est maintenant au bord de l’extinction à cause de la fragmentation du paysage et de l’agriculture intensive. Le point de non-retour est maintenant dépassé, estime le rapport, l’espèce n’a pas eu le temps de s’adapter à son nouvel environnement, la mutation a été trop rapide. 
 
Certains pays européens ont mis en place des structures (corridors) pour aider la faune à se déplacer d’un milieu à un autre. C’est le cas aux Pays-Bas, où la population de blaireaux était en déclin depuis plusieurs années. En 1984, un plan de «défragmentation» a été mis en place pour encourager les entrepreneurs à construire des «tuyaux à blaireaux» (blaireauducs) pour faciliter les déplacements de ces animaux très timides. L’initiative a permis d’observer une légère hausse des populations.
 
«Les développeurs de projets devraient construire davantage de tunnels, passages et ponts pour permettre aux animaux de bouger plus librement», insiste le rapport. «Les plans devraient se concentrer sur la réfection des routes existantes plutôt que sur la construction de nouvelles», poursuit-il. Il faudra aussi veiller à supprimer les routes qui ne sont plus utilisées.
 
La fragmentation du paysage en Europe fait partie des problèmes soulignés par la stratégie européenne pour la biodiversité récemment adoptée. Six objectifs ont été proposés le 22 juin dernier: la mise en œuvre totale de la législation communautaire (les directives «Habitats» et «Oiseaux»), le maintien et la restauration des écosystèmes et services, l’amélioration de la contribution de l’agriculture et des forêts au maintien de la biodiversité, l’utilisation durable des ressources (pêche), la lutte contre les espèces invasives, et enfin la lutte contre la perte de la biodiversité au niveau mondial, volet international qui fait suite à la conférence sur la biodiversité de Nagoya de novembre 2010 (voir le JDLE).
 
 
 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus