Patrimoine mondial: 45% des sites menacés par des activités illégales

Le 18 avril 2017 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Un tiers des tigres à l'état sauvage vivent dans un site du Patrimoine mondial de l'Unesco
Un tiers des tigres à l'état sauvage vivent dans un site du Patrimoine mondial de l'Unesco

Près de la moitié des sites inscrits au Patrimoine mondial de l’Unesco sont menacés par le braconnage, l’exploitation forestière et la pêche illégale, selon un rapport publié ce 18 avril par le WWF.

 

Dans son rapport Pas à vendre, l’ONG affirme que 45% des 200 sites naturels inscrits au Patrimoine mondial sont victimes de braconnage (43 sites) ou d’exploitation forestière illégale (26 sites). Des activités de pêche illégale ont par ailleurs été signalées dans 18 des 39 sites marins et côtiers classés. Cette situation est d’autant plus alarmante que ces zones concentrent une flore et une faune exceptionnelles.

Près d’un tiers des tigres vivant à l’état sauvage et 40% des éléphants africains font partie d’un site inscrit au Patrimoine mondial. Ces sites sont les derniers habitats de plusieurs espèces menacées, dont le rhinocéros de Java ou le marsouin de Californie.

 

4e trafic mondial

Représentant entre 15 et 20 milliards de dollars (entre 14 et 18,7 Md€), le commerce illégal d’espèces sauvages se classe au 4e rang des trafics mondiaux, après la drogue, la contrefaçon et le trafic d’êtres humains. Le déclin moyen de près de 60% des espèces sauvages enregistré au niveau mondial depuis 1970 est attribué au prélèvement illégal d’espèces.

Le commerce illégal de bois d’œuvre totalise de son côté entre 30 à 100 Md$ par an (entre 28 et 93,5 Md€) selon le WWF, alors qu’il est responsable de 90% de la déforestation des pays tropicaux.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus