Pas de moratoire en France sur le maïs MON 810

Le 15 juin 2007 par Bérangère Lepetit
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le maïs transgénique MON810 de Monsanto continuera d'être cultivé et commercialisé en France pour l'alimentation animale. Tel en ont décidé, jeudi 14 juin, les ministres en charge de l'écologie et de l'agriculture Alain Juppé et Christine Lagarde. Cette déclaration fait suite à un avis de la Commission du génie biomoléculaire (CGB) rendu public le même jour, qui estime «qu'il n'y a pas à ce jour d'éléments de nature à remettre en cause l'évaluation environnementale de ce maïs».

Suite à la décision allemande de suspendre la commercialisation de ce maïs, les ministres avaient chargés le CGB, le 24 mai 2007, d'effectuer un nouveau contrôle de ce maïs qui était alors sous le feu des critiques des organisations environnementales. Une étude publiée par Greenpeace avait révélé que l'insecticide produit par le maïs OGM, le Cry1Ab, variait d'une plante à l'autre au cours de la saison. De nombreuses incertitudes subsistent sur le niveau de toxicité de ce maïs.

Le MON810 est autorisé à la culture commerciale dans l'Union européenne depuis 1998. La CGB avait préalablement examiné le dossier en avril 1996 et exprimé alors un avis favorable. Fin mai, Alain Juppé avait envisagé suspendre la commercialisation de ce maïs (1).

Arnaud Apoteker, le porte-parole de Greenpeace a immédiatement réagi à cette décision estimant que les ministres préféraient l'avis du CGB au «principe de précaution» . «Face aux incertitudes scientifiques sur les OGM, la décision du gouvernement de ne pas instaurer de moratoire sur le maïs OGM MON810 montre que l'environnement et la santé humaine pèsent bien peu face au lobby de l'agriculture transgénique», a t-il déclaré.



(1) Voir articles du JDLE «Le maïs MON810 pourrait être interdit en France», «Le maïs MON 810 au banc d'essai» et «Dix ans d'OGM, le débat continue»




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus