Pas de mines d’uranium dans le Grand canyon pendant 20 ans

Le 10 janvier 2012 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

20 années de sursis supplémentaires ont été accordées au Grand canyon. Le secrétaire d’Etat à l’intérieur du gouvernement Obama a signé lundi 9 janvier un moratoire de 20 ans y interdisant toute exploitation d’uranium. Le moratoire prévoit de protéger une surface de plus de 4.000 kilomètres carrés.

La mesure, bien accueillie par les défenseurs de l’environnement, suscite la colère de l’industrie minière et des députés républicains de l’Arizona qui jugent que le moratoire devrait coûter 10 milliards de dollars (7,8 milliards d’euros) et de nombreux emplois à cet Etat de l’Ouest américain.

La décision du gouvernement Obama intervient après deux années d’enquête. Elle vient contrecarrer l’autorisation donnée par le président George W. Bush accordant de nouvelles concessions dans la zone-tampon autour du Grand canyon.

Au cours des dernières années, avec la flambée du prix de l’uranium, de nombreuses compagnies minières ont déposé des demandes d’exploitation dans le nord de l’Arizona sur des terrains qui jouxtent la célèbre vallée, proposant également de rouvrir de vieilles mines proches de cette zone classée au patrimoine mondial de l’humanité.

C’est en octobre dernier que le gouvernement démocrate a proposé ce moratoire de 20 ans. En 2009, déjà, toute nouvelle demande de concession avait été bloquée par le secrétaire d’Etat à l’intérieur Ken Salazar.

Les républicains dont l’ancien candidat à l’élection présidentielle, John McCain, ont condamné cette volonté d’interdire l’accès à ces terres riches en uranium. «Cette décision est nourrie par une campagne qui joue sur le côté émotionnel, une campagne préparée par des groupes de défense de l’environnement dont le but à long terme est de détruire l’industrie minière en Arizona tout comme le tourisme dans le Grand canyon», a déclaré le sénateur McCain lors d’une audition au Congrès américain l’année dernière.

Les groupes de protection critiquaient depuis longtemps déjà le laxisme des lois minières dans l’ouest du pays laissant un libre accès à de vastes régions patrimoniales.

Dans le cas du Grand canyon, les inquiétudes vont bien au-delà de la simple conservation d’un paysage grandiose. Une vallée du parc national semble avoir été contaminée par l’extraction d’uranium et les investigations menées à la demande du gouvernement ont montré des concentrations élevées en arsenic directement liées à cette activité.

Le département de l’intérieur déclare qu’environ 11 mines d’uranium pourraient être autorisées à opérer pendant ces 20 ans. Sans ce moratoire, plus de 30 mines auraient pu fonctionner dans la région, dont 6 opérant en même temps.

Au total, quelque 3.200 demandes de concession sont concernées par le moratoire.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus