Pas de Kyoto pour les électriciens américains, mais des résultats

Le 25 février 2005 par Enerpresse
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

GeorgeW. Bush n’a pas voulu provoquer. L’Energy Information Administration (EIA, le service des statistiques du Département de l’Energie) a donc laissé s’écouler une semaine entre l’entrée en vigueur du protocole de Kyoto et la publication des résultats des politiques «Carbone» des grandes entreprises d’outre-Atlantique.

Et Kyoto ou pas, les résultats sont là!Depuis 1994, les gouvernements américains encouragent l'industrie à réduire volontairement ses émissions de gaz à effet de serre et à faire connaître méthodes et résultats. Il y a onze ans, l'administration Clinton avait réussi à entraîner 108 compagnies (dont 95 énergéticiens). En 2003, pas moins de 234 sociétés ont fait leur «Voluntary reporting of greenhouse gases». Le secteur de l'énergie est toujours aussi actif avec 141 sociétés représentées, comme la Tennessee valley authority (TVA), Entergy, duke, dynegy, TXU, First Energy, BP America, Sunoco. Mais certains géants industriels, comme General Motors, Daimler- Chrysler, Ford, Mitsubishi, IBM ou Rolls Royce ont aussi joué le jeu.

Au total, estime l'EIA, les 2.188 projets présentés ont permis, directement ou indirectement, de réduire les émissions américaines de 372 millions de tonnes équivalent CO2 (Mtéq.CO2). Soit 5,6% des émissions totales du pays ou 67% des émissions... françaises. Mais au fait, comment ont-ils fait? Le quart des projets (514) implique des changements de combustible de centrales thermiques (passage au gaz), le remplacement de vieilles chaudières par des cogénérations dernier cri, l'amélioration du rendement de chaufferies. Très au fait de ces techniques, les compagnies américaines ont aussi réalisé 467 opérations de réduction et de valorisation des émissions de gaz de décharge et de grisou. La maîtrise de la demande de l'électricité (MDE) n'a pas été oublié. Et des centaines (375 opérations au total) de systèmes d'éclairage et de climatisation d'immeubles ont été changés. La séquestration du gaz carbonique a elle aussi été couramment employée (à 446 reprises), notamment en plantant de nouveaux espaces forestiers. Et puisque nous sommes en période de distribution d'Oscar: celui de la plus forte baisse va tout droit au gestionnaire de décharges Waste Management (-33 Mtéq.CO2). La statuette récompensant le meilleur électricien étant attribué à la TVA dont les rejets ont été réduits de 25 Mtéq.CO2.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus