Pas de gaz de schiste pour Sasol

Le 01 décembre 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Sasol a provisoirement renoncé à poursuivre l'exploration controversée du désert du Karoo, vaste région au centre de l'Afrique du Sud supposée renfermer du gaz de schiste, a-t-on appris, jeudi 1er décembre, auprès du groupe pétrolier sud-africain.
 
L'exploration est pour l'instant frappée d'un moratoire jusqu’en février 2012. Les projets d'exploitation envisagés notamment par le groupe anglo-néerlandais Royal Dutch Shell, ou le groupe Sasol, rencontrent l'opposition des écologistes et de nombreux habitants. Le groupe Sasol a décidé de ne pas continuer ses activités d'exploration dans la zone à ce stade, a dit à la presse Christine Ramon, directrice financière.
 
Paradoxalement, l’exploitation des gaz aurait peut-être permis au «carbochimiste» de réduire son empreinte carbone. Sasol est, en effet, le leader mondial de la production de carburant à partir du charbon: un procédé énergivore et très émetteur de CO2.
 
Sasol émet chaque année 74 millions de tonnes de gaz carbonique, soit 34% de plus qu’un groupe comme Total, qui affiche un chiffre d’affaires 40 fois supérieur à celui de la troisième entreprise d’Afrique.
 
Le groupe disposait d'un permis d'exploration, sans possibilité de forages toutefois, qui a expiré le 17 novembre. Christine Ramon a précisé que Sasol gardait un œil sur les développements à venir. Sasol a fait récemment d'importantes acquisitions dans ce domaine au Canada.
 
L'Afrique du Sud envisage de recourir à la fracturation hydraulique, mais se heurte à l'opposition des propriétaires terriens et des défenseurs de l'environnement qui craignent la pollution des nappes phréatiques.