Pas de développement durable sans éradication de la faim

Le 30 mai 2012 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
40% des terres dégradées de la planète se trouvent en zones de pauvreté
40% des terres dégradées de la planète se trouvent en zones de pauvreté

«Le développement ne peut être qualifié de durable tant que persiste cette situation- où près d'un être humain sur sept -hommes, femmes et enfants- est laissé pour compte, victime de sous-alimentation», déclare dans un communiqué, publié aujourd’hui 30 mai, José Graziano da Silva, le directeur général de l’agence des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Ainsi, à la veille de l’ouverture de Rio+20, la FAO rappelle que plus de 900 millions de personnes souffrent de la faim dans le monde.

Ce rapport, préparant la conférence internationale qui se tiendra à Rio de Janeiro (Brésil), du 20 au 22 juin, est intitulé «Vers l'avenir que nous voulons: en finir avec la faim et engager la transition vers des systèmes agro-alimentaires durables». Il exhorte les gouvernements à établir des droits sur les ressources et à les sauvegarder, en particulier pour les pauvres; à intégrer des mesures d'incitation à la consommation et à la production durables dans les systèmes alimentaires; à promouvoir le bon fonctionnement et l'équité des marchés agricoles et alimentaires; à réduire les risques et à accroître la résilience des plus vulnérables; et à investir des ressources publiques dans des biens publics essentiels, notamment dans l'innovation et les infrastructures.

Ce document rappelle quelques chiffres importants sur la faim dans le monde. Ainsi, les trois quarts des pauvres et des affamés de la planète vivent dans les zones rurales, et la plupart d'entre eux dépendent de l'agriculture et des activités qui s'y rattachent pour vivre. 40% des terres dégradées de la planète se trouvent dans des zones où sévit la pauvreté. «La faim met en branle un cercle vicieux de baisse de productivité, de pauvreté croissante, de ralentissement du développement économique et de dégradation des ressources», affirme le rapport.

Autres faits marquants: l’agriculture est responsable d’environ 30% des émissions totales de gaz à effet de serre, et sera une source importante de croissance des émissions futures. L'agriculture et l'élevage sont également responsables de 70% de tous les prélèvements d'eau dans le monde.

Si les agricultrices bénéficiaient du même accès que les hommes aux intrants agricoles sur les terres qu’elles exploitent déjà, elles pourraient accroître les rendements de 20 à 30%, sortant de la faim 100 à150 millions de personnes.

L’aquaculture est le secteur alimentaire qui affiche la plus forte croissance, avec un taux annuel de près de 8% durant la dernière décennie. Elle assure près de la moitié (60 millions de tonnes) des approvisionnements mondiaux en poisson destinés à l’alimentation.

Les pertes et gaspillages alimentaires à l’échelle mondiale s'élèvent à 1,3 milliard de tonnes par an -environ un tiers de la production mondiale destinée à la consommation- et correspondent à plus de 10% des apports caloriques totaux du monde. Ils sont estimés à environ 30% pour les céréales, et 40 à 50% pour les racines et tubercules, les fruits et les légumes; 20% pour les oléagineux; et 30% pour le poisson.

En Afrique et en Asie, quelque 80% des terres arables sont cultivées par de petits exploitants. L’élevage à lui seul exploite 80% des superficies cultivées et des pâturages mondiaux.

La FAO exhorte enfin l'agriculture à produire «plus avec moins». Pour produire davantage de nourriture avec moins de ressources, elle propose d’appliquer le principe de la contribution de la nature à la croissance agricole, et cite en exemple de la conservation de la matière organique du sol, le contrôle des débits d'eau, la pollinisation et la prédation naturelle des ravageurs. Mais propose également d’appliquer des intrants externes appropriés au bon moment et en juste quantité aux variétés améliorées des cultures, lesquelles sont résilientes au changement climatique et font une utilisation plus efficiente des substances nutritives, de l'eau et des intrants externes.

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus