Pas de contamination des riverains d'Aprochim

Le 30 mars 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les nouvelles analyses n'ont rien donné.
Les nouvelles analyses n'ont rien donné.

Les analyses biologiques pratiquées sur 24 riverains volontaires de l'usine Aprochim de Grez-en-Bouère (Mayenne) ont conclu à l'absence d'impact marqué concernant les taux d'imprégnation en PCB, selon un communiqué commun vendredi de l'agence régionale de Santé (ARS) et la préfecture.

Des niveaux d'imprégnation supérieurs à ceux observés chez 95% de la population générale française ont été détectés chez 6 personnes résidant à proximité de l'entreprise. Les dépassements restent toutefois modérés, selon le communiqué.

Parmi ces 6 personnes, 2 se situent légèrement au-dessus des valeurs d'imprégnation critique. Pour toutes les autres (22), les taux mesurés sont très en dessous de ces valeurs, précise-t-on également.

L'ARS et la préfecture maintiennent toutefois les recommandations sanitaires déjà diffusées. Pour les produits destinés à la consommation personnelle et issus d'élevages familiaux situés dans un rayon d'un kilomètre autour d'Aprochim, il est ainsi recommandé de ne pas consommer les oeufs, et de consommer de façon modérée les viandes issues de ces élevages familiaux (poules, lapins, ovins) et de diversifier l'origine de leur alimentation.

Selon le communiqué, les produits vendus ajourd'hui en vente directe par les exploitants autour d'Aprochim (viande, lait), peuvent être consommés en toute sécurité car ils sont contrôlés par les services de l'Etat.

Des analyses de l'environnement (herbe, retombées atmosphériques) et des produits agricoles (lait, viande) seront effectuées régulièrement afin de s'assurer de la non-pollution de l'environnement et de permettre la continuité des activités agricoles, assure-t-on de même source.

Des mesures au sein de l'entreprise (rejets des émissions, quantités traitées etc..) seront opérées à intervalles réguliers. De nouveaux contrôles inopinés à la demande de l'Etat seront effectués, souligne-t-on également.

Aprochim, filiale du groupe Chimirec, a été placée sous surveillance depuis janvier 2011 après détection de taux anormalement élevés de PCB dans la production de plusieurs fermes voisines (lait, viande et oeufs).

Une information judiciaire a été ouverte fin 2011 à Laval, pour pollution environnementale et mise en danger de la vie d'autrui.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus