Pas de champignon de Fukushima

Le 17 juillet 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Evitons les shiitakes de Fukushima.
Evitons les shiitakes de Fukushima.

La situation alimentaire s’améliore, dans la région de Fukushima, mais reste préoccupante. C’est le sens de deux notes diffusées, le 13 juillet, par l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire français (IRSN).

Dans la première, consacrée aux produits de la mer, l’IRSN rappelle que des poissons, des organismes filtreurs (huîtres, moules) et brouteurs (oursins) ont été contaminés dans les eaux des préfectures de Fukushima, Miyagi et Ibaraki.

Les concentrations en radionucléides diminuent, écrivent les experts français, sauf pour les espèces «dont le mode de vie est en relation avec les sédiments (ainames, flétans, grondins, raies, sébastes)».

Ces derniers mois, plusieurs publications scientifiques ont aussi montré que des espèces pélagiques (des thons, notamment) pouvaient présenter des traces de contamination au césium 134. Ces problèmes ne devraient pas disparaître de sitôt, car plus l’espèce se situe à un niveau élevé de la chaîne trophique, plus la concentration en radioéléments augmente. Un phénomène accentué par le fait que «les périodes d’élimination biologique du césium sont plus longues chez les poissons que chez les autres organismes marins».

A terre, la situation n’est pas forcément meilleure. «Certaines denrées continuent de présenter des niveaux importants de césium radioactif au cours du premier semestre», soulignent les auteurs de la seconde note, consacrée aux denrées alimentaires. Aussi l’IRSN déconseille-t-il la consommation des plantes sauvages, de la viande de sanglier, des champignons shiitakes et des poissons issus des régions contaminées.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus