Pas de bébés sur les tapis-puzzle

Le 19 juillet 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le 13 décembre dernier, Frédéric Lefebvre, secrétaire d’Etat à la consommation annonçait la suspension pour 3 mois de la vente des tapis-puzzle. Destinés aux petits enfants, ces tapis colorés sont fabriqués en une sorte de plastique caoutchouteux semblable à celui utilisé pour les revêtements de sol de centres aérés ou de tapis de gymnastique. Pour les rendre plus souples, les industriels y rajoutent parfois du formamide, une substance qualifiée de «nocive lorsqu'elle est inhalée ou ingérée et irritante pour les yeux et la peau», comme l'avaient déjà dénoncé en 2009 des associations de consommateurs belges, italiennes, portugaises et espagnoles.

La présence de cette substance toxique dans des tapis puzzle en mousse a donc conduit les pouvoirs publics et notamment la direction générale de la concurrence de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) à saisir l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) pour en évaluer les véritables risques. Après un rapport préliminaire rendu en mars 2011, l’Anses publie donc aujourd'hui 19 juillet les résultats de ses travaux. Elle recommande principalement de renforcer la réglementation pour prévenir le risque d'exposition des jeunes enfants.

Le formamide, notamment utilisé comme solvant, plastifiant ou additif à un agent d'expansion pour mousses est une substance classée reprotoxique 1B au sens de la réglementation européenne. «L'origine de sa présence ainsi que son intérêt précis dans des tapis-puzzle n'ont pu être caractérisés». Cependant, l'Anses souligne, dans son rapport, que d'autres produits de consommation incluant des jouets sont susceptibles de contenir ce produit chimique, notamment ceux composés de mousse d'éthylène vinyle acétate (EVA), analogue à celle des tapis-puzzle.

Concernant les effets toxiques de la molécule, l’Anses a passé en revue les différentes études existantes. Celles réalisées chez l'animal indiquent que le formamide affecte les organes qui concourent à la formation du sang et agit sur le système reproducteur et ce, quelle que soit la durée ou la voie d'exposition. Quelques données chez le rat exposé durant la vie entière suggèrent un possible effet cancérigène mais ces résultats demandent à être confirmés. En revanche, aucune étude évaluant les effets directs de la molécule sur l'homme n'a été recensée.

L'évaluation des risques, à court et long terme, liés au formamide présent dans les tapis puzzle montre, quant à elle, que l'exposition des enfants et des adultes se fait principalement par inhalation. Et l’Anses de conclure: «bien que des risques sanitaires, liés à l'exposition au formamide présent dans les tapis puzzle mis récemment sur le marché français vers fin 2010, ne puissent être écartés, en particulier pour les enfants en bas âge, la probabilité de ces risques est faible (évaluée à moins de 5%)». En outre, aucun risque sanitaire n'est attendu pour les adultes et en particulier chez les femmes enceintes.

L'Anses émet pourtant quelques recommandations et souligne, en premier lieu, que «les jouets ne devraient pas contenir de substances ou préparations dangereuses, notamment des substances cancérigènes, mutagènes ou reprotoxiques».

En second lieu, concernant spécifiquement le cas des tapis puzzle, l'Anses recommande : «de limiter, autant que possible, l'exposition des enfants en bas âge et ce jusqu'à 3 ans». Et l’Agence de faire des préconisations très précises notamment au gestionnaire du risque. Celui-ci devra conditionner la mise sur le marché des tapis puzzle à la réalisation de tests permettant de s'assurer que les émissions dans l'air de formamide issues de ces tapis ne dépasse pas une concentration maximale de 20 µg/m3 mesurable au 28ème jour de conditionnement en chambre d'émission après désemballage du tapis puzzle neuf.
 
Au consommateur, elle recommande avant usage d'un tapis puzzle neuf, de procéder à son désemballage et de le conserver quelques jours en dehors des pièces où vit l'enfant.
 
Enfin, l’Anses préconise aux pouvoirs publics : de s'assurer que la fabrication des jouets, et en particulier des tapis puzzle, ne recourt pas au formamide ; de rechercher la présence éventuelle de ce composé dans d'autres produits de consommation en mousse, notamment ceux destinés à des enfants en bas âge et enfin d'acquérir ou de compléter les connaissances concernant les effets du formamide sur la fertilité et sur le potentiel cancérogène de ce produit et son mécanisme d'action.


Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus