Pas de baisse des émissions agricoles dans l’UE

Le 07 décembre 2018 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
-0,3% des émissions entre 2012 et 2030
-0,3% des émissions entre 2012 et 2030
DR

L’agriculture européenne deviendra-t-elle plus climato-compatible? Pas avant 2030, si l’on en croit les perspectives à l’horizon 2030 publiées jeudi 6 novembre par la Commission européenne. Malgré une baisse attendue de la consommation de viande rouge, les émissions agricoles de gaz à effet de serre (GES) devraient stagner.

En partie du fait de changements d’habitude de consommation, la tendance à la baisse devrait se poursuivre pour la viande: en 2030, un Européen moyen devrait en ingérer 68,6 kg par an, contre 69,3 kg en 2018. Grande perdant, celle de bœuf, dont la production européenne devrait baisser de 6% d’ici à 2030, année où elle atteindra 7,7 millions de tonnes.

Idem pour la viande de porc, dont la consommation annuelle moyenne devrait passer de 32,5 kg en 2018 à 31,7 kg en 2030. Seule la volaille, moins émettrice de gaz à effet de serre, connaitra une hausse, aussi bien en termes de consommation que de production: en 2030, celle-ci devrait atteindre 15,5 millions de tonnes, contre 14,2 millions de tonnes en 2018.

Une baisse de seulement 0,3%

Ce rééquilibrage entre divers types de viande implique-t-il une baisse des émissions de GES? Pas vraiment: selon la Commission, les émissions de GES non-CO2 (à savoir le méthane et le protoxyde d’azote, le CO2 n’a pas été analysé) ne devraient diminuer que de 0,3% en 2030 par rapport à l’année de référence (2012). Du fait d’un déclin de l’élevage bovin, le méthane devrait certes baisser (-5%), mais il sera compensé par le N2O, provenant de l’application d’engrais sur les cultures.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus