Pas d’éoliennes offshore au large de la Vendée ?

Le 29 novembre 2010 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le projet d'éoliennes offshore en Vendée est abandonné. C’est ce qu’à indiqué le Président de la république Nicolas Sarkozy à l'ex-président du conseil général Philippe de Villiers dans un courrier mi-novembre, révèle le journal Ouest-France le 26 novembre.

Cela faisait trois ans que WPD, le leader allemand de l’éolien offshore, travaillait avec les élus, les pêcheurs et la filière industrielle pour faire accepter 120 éoliennes sur une zone de 70 km 2 au large de l'île de Noirmoutier et de l’île d’Yeu. Pour la société, le projet d’1,5 milliard d'euros était l’un des plus mature et des plus écologiques en France.

Mais l’ancien président du Conseil général (démissionnaire en octobre de ses fonctions) était ouvertement opposé à l’idée même du parc. Une association d’opposition s’est même créée en 2009. «  Sous l’eau, 750 000 tonnes de béton et 200 km de câbles seraient immergés, bouleversant les courants et fonds marins, ainsi que la faune », estime Jean-Pierre Huguet, le président de l'Association « Non aux Eoliennes entre Noirmoutier et Yeu » (N.E.NY.). «  Il n’est pas certain que les vacanciers et plaisanciers apprécieraient de contempler longuement un horizon de pales en rotation continue », poursuit-il.

Malgré ces oppositions, le projet commençait à bénéficier d’un soutien local important. Il était en outre le seul à avoir fait l'objet d'un vote favorable du comité régional des pêches. «  La décision du Président de la République est surprenante », estime Arnaud Gossement, avocat spécialisé en environnement. «  On pourrait penser que dans une démocratie un peu plus participative, la décision soit un peu plus collégiale ».

En attendant la date exacte de présentation des zones favorables à l'éolien offshore que devrait bientôt dévoiler le ministère de l’écologie, l'hypothèse « d'un réexamen approfondi du dossier pour savoir s'il est bon pour le département et le pays, pas seulement pour une entreprise ou un seul territoire » est à prévoir, a indiqué Bruno Retailleau, sénateur de la Vendée.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus