Pas d’environnement pour Les Républicains

Le 26 août 2015 par Valéry Laramée de Tannenberg
> 
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'environnement n'est une priorité, ni pour François Fillon, ni pour Alain Jupé.
L'environnement n'est une priorité, ni pour François Fillon, ni pour Alain Jupé.
DR

Candidats à la candidature présidentielle, Alain Juppé et François Fillon ne mentionnent pas une seule fois les questions environnementales ou climatiques dans leur programme.

Deux des leaders du parti Les Républicains (LR) faisaient leur rentrée politique, ce mercredi 26 août. A ma gauche (si l’on peut dire), Alain Juppé. A ma droite, François Fillon.

Chaud partisan de l’économie numérique, l’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy a réservé la primeur de la publication de son manifeste pour la France aux colonnes numériques du Point. Intitulé Osons dire, osons faire, l’opuscule présente (sans trop entrer dans le détail, tout de même) les 5 priorités de ce que serait la politique du président Fillon. Au menu: libérer l’économie et l’emploi de leur carcan, refocaliser l’action de la sphère publique, investir dans notre avenir, rassembler les Français et rappeler que la France est un leader européen.

Pas d'environnement, pas de climat

On pouvait le craindre, c’est imprimé: pas un mot (pas un seul) sur les questions environnementales ou climatiques. Mais en lisant entre les lignes, on peut entrapercevoir l’esquisse d’un projet. Baisse massive des impôts et stabilité fiscale figurent en bonne place du manifeste: on peut donc craindre que le verdissement de la fiscalité français soit repoussé d’un nouveau quinquennat. Dans le tombereau de réformes promis, le coureur automobile amateur nous promet une révision de la Constitution puisque, écrit-il, il faudra «passer du principe de précaution au principe de responsabilité». Un grand dessein nucléaire se profile: car l’Europe «doit bâtir une stratégie commune au sein de laquelle la France, avec son atout nucléaire, doit jouer un rôle central». Une proposition qu’avait faite, en son temps, un ministre de l’industrie nommé Nicolas Sarkozy.

4 livres sinon rien

Alain Juppé n’a pas encore présenté le programme qu’il soumettra aux militants de LR, lors de la primaire de la droite. Mais à quelques jours de la rentrée littéraire, l’auteur de «La tentation de Venise» n’a pas résisté à la tentation de publier un livre sur la réforme de l’école qu’il entend mettre en place, sitôt élu. Prolifique, l’agrégé de lettres classique nous promet, pour l’automne, un tome II sur l’Etat fort, puis un tome III, début 2016, sur l’entreprise et l’emploi, avant de publier son tome IV, dans un an, sur l’Europe et l’international. Mais où trouve-t-il le temps de tant écrire?

On l’aura compris, l’environnement n’est pas encore un sujet d’actualité pour le maire de Bordeaux. Alors, on cherche un peu. Et rien. Sur son blog, quelques vilaines lignes sont jetées à propos de la dernière encyclique papale. Rien d’intéressant, hélas. L’auteur de ce texte ne parle ni d’environnement, ni de développement durable, deux sujets majeurs du texte de François. De quoi susciter l’étonnement pour un ancien ministre de l’écologie, du développement et de l’aménagement durables.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus