Pas d’accord sur les HFC

Le 28 novembre 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
> 
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La 23e réunion des Parties au Protocole de Montréal s’est achevée, le 25 novembre, sur un échec. La très attendue interdiction progressive des hydrofluorocarbones (HFC) n’a finalement pas été votée. Portée par la diplomatie américaine, l’initiative prévoyait une réduction très progressive de l’utilisation de ces gaz de synthèse, utilisés dans la climatisation, la réfrigération, la fabrication de mousses isolantes et dans les bombes d’aérosols.
 
Soutenu par 108 des 197 pays ayant ratifié le protocole de Montréal (sur la préservation de la couche d’ozone stratosphérique), le projet d’accord prévoyait de limiter le niveau d’émission mondial de HFC, à partir de 2014, et d’en réduire les rejets de 15% tous les 3 ans, 30 années durant.
 
Hélas, sous la pression de l’Inde et de la Chine, grosses utilisatrices de HFC, la proposition a finalement été abandonnée. Ce qui est une mauvaise nouvelle pour le climat. Les HFC sont, en effet, de très puissants gaz à effet de serre, dont la production augmente d’une dizaine de pourcents par an.
 
A ce rythme, souligne un rapport du Programme des Nations unies pour l’environnement, publié la semaine passée [JDLE], l’impact sur le climat pourrait être comparable à l’émission de 3,5 à 8,8 milliards de tonnes de C02, d'ici 2050.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus