Parution du décret autorisant la construction de l’EPR

Le 12 avril 2007 par Enerpresse
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le décret du 10 avril autorisant la création de l’installation nucléaire de base dénommée Flamanville 3, comportant un réacteur nucléaire de type EPR, sur le site de Flamanville, dans la Manche est paru au Journal officiel d’hier du 11 avril. Interrogé par Les Echos sur le risque d’une nouvelle polémique à ce sujet à 11 jours de l’élection présidentielle, le ministre de l’économie, des finances et de l’industrie, Thierry Breton, répond: «Les avis favorables de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) et du ministère chargé de la santé nous sont parvenus il y a quelques jours. Dès lors, plus rien ne s’opposait à la signature de ce décret, qui fixe simplement les prescriptions techniques permettant à EDF d’engager la construction de son nouveau réacteur dans les meilleures conditions de sécurité et de sûreté. La décision de construire un réacteur EPR à Flamanville a été prise et le débat démocratique a déjà eu lieu».
Le décret publié ce matin, ajoute Thierry Breton, «fait suite à une très large discussion au Parlement. La loi d’orientation sur l’énergie, qui date de juillet 2005, a autorisé la France à construire un réacteur de troisième génération, et c’est sur cette base qu’a été engagé un vaste débat public. Entre octobre 2005 et février 2006, celui-ci aura donné lieu à 22 réunions dans tout le pays. L’enquête publique a été conduite localement pendant l’été 2006. Parallèlement, l’ASN a mené une instruction approfondie et l’expertise des ministères chargés de l’environnement et de la santé a été sollicitée. Tous ces avis ont été favorables».
De son côté, dénonçant une décision «anti-démocratique», Greenpeace a annoncé, toujours le 11 avril, préparer un recours en annulation en Conseil d’Etat. «Le gouvernement et l’industrie nucléaire veulent enfermer la France dans un projet de réacteur inutile. Un EPR est déjà en construction en Finlande, et le chantier tourne au désastre, déclare dans un communiqué Yannick Rousselet, chargé de campagne nucléaire à Greenpeace France. Mais rien n’est irréversible et Greenpeace reste déterminer à s’opposer à l’EPR par toutes les voies.»



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus