Paris veut développer les usages de l’eau non potable

Le 02 octobre 2015 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le réseau doit être optimisé d'ici à 2020
Le réseau doit être optimisé d'ici à 2020

Dans la foulée de son plan d’adaptation au changement climatique, la mairie de Paris a approuvé le 30 septembre le schéma directeur de son réseau d’eau non potable qui date de 1860.

 

«Ce schéma directeur intervient à un moment crucial, car jamais l’urgence de repenser la ville face au défi du changement climatique n’a été aussi grande. Le développement des usages de l’eau non potable doit y contribuer en généralisant son utilisation tout en préservant la ressource», explique Celia Blauel, maire adjointe notamment en charge de l’environnement, de l’eau, et du plan Climat Energie territorial.

Unique en Europe, le réseau d’eau non potable dispose d’une capacité de production de 550.000 mètres cubes par jour. Un volume réparti sur les usines de la Villette, Austerlitz et Auteuil, prélevant l’eau du canal de l’Ourcq et celle de la Seine, elles-mêmes raccordées à 7 réservoirs. Le schéma directeur prévoit d’accroître ces capacités de production d’ici 2020 et de faire évoluer quelques équipements. Le réservoir de Grenelle, par exemple, a perdu son utilité avec la fermeture de l’usine de Javel dans les années 1970. La mairie prévoit d’y développer un projet d’agriculture urbaine. De nouveaux usages sont en revanche prévus pour le réseau d’eau non potable, comme l’alimentation de fontaines et d’îlots de fraîcheur en cas de canicule, le nettoyage de terrasses de café ou le lavage de véhicules.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus