Paris soutient les bonnes idées anti-gaspi

Le 16 décembre 2015 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La récupération des invendus devrait être généralisée sur les marchés parisiens
La récupération des invendus devrait être généralisée sur les marchés parisiens

Une semaine après la distribution de boîtes anti-gaspi, début décembre, le Conseil de Paris a adopté à l’unanimité, ce 16 décembre, son plan de lutte contre le gaspillage alimentaire pour la période 2016-2020.

 

En visant une réduction par deux du gaspillage alimentaire en 2025, la mairie de Paris ne fait guère preuve d’originalité puisqu’elle applique l’objectif national adopté en juin 2013 par Guillaume Garot, alors ministre délégué à l’agroalimentaire. Cette réduction avait elle-même été définie par une résolution du Parlement européen de janvier 2013.

 

De nouvelles expériences dans les cantines

 

Concernant les moyens, la maire adjointe en charge de l’économie sociale et solidaire Antoinette Guhl s’appuie d’abord sur la restauration collective, en annonçant la signature prochaine d’une charte des cantines scolaires. Des dispositifs de récupération et de redistribution des aliments non consommés seront également expérimentés au sein de deux caisses des écoles et de restaurants collectifs municipaux.

 

Un label, des bonnes idées

 

Deuxième idée: soutenir les initiatives innovantes en matière de production alimentaire, de transport et de distribution, comme les épiceries en vrac qui permettent de choisir la quantité exacte souhaitée par le consommateur. Le label «Le gaspi c’est fini» va voir le jour auprès des commerçants engagés. Les dispositifs de récupération et de redistribution des invendus des marchés, sur le modèle de la Tente des glaneurs, devraient aussi être généralisés, sans que l’agenda ou l’accompagnement financier ne soient pour autant précisés.

 

A Paris, le poids des déchets alimentaires est resté stable au cours des dernières années, avec 46 kilogrammes par an et par habitant en 2013. La part des aliments jetés encore emballés a en revanche progressé pour atteindre 13,6 kg/an/hab. Soit deux fois plus que la moyenne française.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus