Paris s’attaque à la précarité hydrique

Le 12 février 2016 par Yves Leers
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Célia Blauel veut garantir le droit à l'eau aux Parisiens les plus pauvres.
Célia Blauel veut garantir le droit à l'eau aux Parisiens les plus pauvres.

La ville de Paris va mettre en place un dispositif social garantissant un ‘droit à l’eau’ pour tous, a annoncé jeudi 11 février l’adjointe à l’environnement Célia Blauel.

Expérimenté jusqu’en 2018, ce dispositif vise à garantir un accès à l’eau pour les Parisiens les plus pauvres. Plus de 15.600 foyers devraient pouvoir bénéficier d’une aide financière et d’un soutien personnalisé.

Un groupe de travail associant ‘Eau de Paris’, la ville et l’Observatoire parisien de l’eau, ont identifié les mesures à prendre en faveur des foyers parisiens en situation de précarité hydrique. Sur cette base, Célia Blauel (Europe Ecologie-les Verts) va proposer au Conseil de Paris d’approuver deux mesures. D’une part, des «ambassadeurs de l’eau» identifieront les foyers les plus touchés. Venant d’associations, ils aideront à la réduction des charges et proposeront des travaux d’économies d’eau. D’autre part, une aide financière spécifique couvrira les besoins vitaux en eau, tels que définis par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), c’est-à-dire 20 litres par jour et par personne. 

740.000 euros par an
Une enveloppe de 740.000 euros par an est prévue pour financer cette initiative, dont 240.000 au titre de l’aide financière et 500.000 au titre des ambassadeurs de l’eau, et ce jusqu’en 2018. Un bilan sera alors tiré de cette expérimentation.

Depuis 2010, la ville de Paris a mis en place Eau de Paris, une entreprise publique de l’eau, qui s’est substituée à la gestion déléguée à des entreprises privées qui prévalait auparavant. Eau de Paris est responsable de la production et de la distribution d’eau potable à 3 millions de personnes et aux 1.200 fontaines de la ville. Parallèlement, des dispositions avaient été prises pour garantir «un prix de l’eau bas et maitrisé, une politique ‘zéro coupure’». Le prix de l’eau avait alors baissé de 8%.
 
Le Conseil constitutionnel avait validé en 2015 l’interdiction totale des coupures d’eau introduite dans la loi française en 2013. La loi Brottes interdit les coupures dans une résidence principale, même en cas d’impayé, et cela tout au long de l’année. Elle introduit aussi la notion de tarification sociale de l’eau.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus