Paris: le futur éco-quartier a déjà son chauffage géothermique

Le 24 février 2017 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Plus de 80% de l'énergie de chauffage de l'éco-quartier sera d'origine géothermique.
Plus de 80% de l'énergie de chauffage de l'éco-quartier sera d'origine géothermique.
DR

L’ex-futur quartier olympique sera, en partie, chauffé par un réseau de chaleur géothermique.

L’exploitation de la chaleur tellurique a le vent en poupe en Ile-de-France. Un peu plus de deux mois après l’inauguration du réseau géothermique Ygeo, dans le nord de Paris, la capitale s’adonne elle aussi au chauffage par le sous-sol.

Jeudi 23 février, une nouvelle chaudière utilisant les calories des enfers a été portée sur les fonts baptismaux, sur le site du futur éco-quartier Clichy-Batignolles. Techniquement l’installation est assez classique. Un forage fait remonter l’eau chaude (30°C) vers des pompes à chaleur qui extraient une partie de l’énergie pour la redistribuer dans le réseau de chauffage urbain géré par la CPCU. Refroidie à 10°C, l’eau est ensuite réinjectée.

83% des besoins en chaleur

L’installation produira 17.500 mégawattheures par an, soit 83% des besoins en chaleur (chauffage et eau chaude sanitaire) de l’éco-quartier qui, en 2020, abritera 7.500 habitants. Selon la mairie de Paris, sa construction a nécessité un investissement de 12 millions d'euros.

Contrairement à de nombreuses installations franciliennes du même type, l’eau chaude n’est pas puisée dans la couche du Dogger mais dans celle de l’Albien. Située à une profondeur moyenne de 600 mètres (contre plus de 1.000 pour le Dogger), l’Albien représente 700 milliards de mètres cubes d’eau indemne des pollutions de surface. Surexploitée au XIXe siècle, cette nappe est aujourd’hui protégée. Mieux, elle constitue l’une des réserves stratégiques d’Eau de Paris.

Objectif 2020

L’énergie produite grâce à l’Albien est déjà utilisée pour des immeubles d’habitation dans le XVe arrondissement de Paris et à proximité du fort d’Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine).

Ces derniers mois, la région capitale a inauguré trois réseaux de ce type (Arcueil-Gentilly, Bagneux et Vitry-sur-Seine). Actuellement, une quarantaine de centrales géothermiques fonctionnement dans la région.

Adopté en 2012, le schéma régional Climat Air Energie (SRCAE) prévoir de tripler, voire de quadrupler, le nombre de logements, bureaux, bâtiments collectifs, alimentés en chaleur géothermique d’ici à 2020.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus