Parc national des Calanques: l’Autorité environnementale mitigée

Le 04 octobre 2011 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L’Autorité environnementale (AE) a rendu un avis sur le projet de charte du futur parc national des Calanques dans les Bouches-du-Rhône, indique-t-elle dans un communiqué du 3 octobre.
 
Cela fait plus de 12 ans que le projet est en gestation et celui-ci ne devrait pas voir le jour avant avril 2012. Par arrêté préfectoral du 28 septembre 2011, le préfet de région a ouvert l’enquête publique, qui se tiendra du 17 octobre au 17 novembre prochains.
 
La troisième version de la charte du parc a été approuvée le 27 juin dernier, lors de l’assemblée générale du groupement d'intérêt public (GIP) porteur du projet (voir le JDLE). Il a été décidé à ce moment-là de modifier les périmètres maritime et terrestre du futur parc, établis respectivement à 141.500 hectares (dont 43.500 au cœur du parc, où la réglementation sera plus stricte) et 16.500 ha (dont 8.300 en cœur).
 
Réunie le 28 septembre, l’AE émet quelques réserves sur la charte et son évaluation environnementale. Selon l’Autorité, «les modalités d'autorisation de la chasse et de la pêche sont très éloignées des standards internationaux habituellement retenus dans les parcs». En outre, les conditions de préservation de l'archipel du Frioul et de la calanque de Port-Miou, situés hors «cœur de parc», peuvent s'avérer particulièrement difficiles.
 
Ce point avait déjà été soulevé par le Conseil national de la protection de la nature (CNPN). Pour les défenseurs de la nature, les zones de non-prélèvement et les réserves intégrales ne sont pas assez nombreuses. L'archipel du Frioul, zone traditionnelle de plaisance des Marseillais, avait été retiré du projet sous la pression des professionnels du nautisme et des plaisanciers, puis réintégré en aire d'adhésion, tout en restant exclu du cœur du parc, contrairement à la demande du CNPN. Ce dernier a tout de même obtenu l’arrêt progressif de la chasse d’ici 6 ans (chasse à la glu et lâcher de tir), l’interdiction des compétitions de pêche sous-marine en zone-cœur, et le non-renouvellement de l’autorisation de rejet des boues rouges en provenance de l’usine de Gardanne au-delà de 2015.
 
L’AE relève également dans son avis que la qualité des eaux littorales ne fait pas l'objet de «mesures permettant de garantir une amélioration substantielle des résultats», au vu des pollutions avérées (station d'épuration de Marseille, boues rouges, etc.),

La charte devrait donc préciser la définition des vocations de certains territoires, et le dispositif de suivi envisagé. Le rapport d'évaluation aurait tout intérêt, selon l’AE, à justifier les choix opérés au regard d'autres solutions envisagées.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus