Parc éolien de Saint-Nazaire: les réserves de l'AE

Le 11 mai 2015 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'Autorité environnementale demande plus largement à l'Etat de préciser ses appels d'offres
L'Autorité environnementale demande plus largement à l'Etat de préciser ses appels d'offres

Dans un avis publié le 7 mai, l’Autorité environnementale (AE) émet plusieurs réserves au projet de parc éolien offshore au large de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique). Des remarques déjà formulées pour le parc éolien de Courseulles-sur-Mer.

 

Porté par la société «Parc du banc de Guérande», le projet vise à installer 80 éoliennes de 6 mégawatts et de 184 mètres de haut à 12 kilomètres des côtes ainsi qu’un poste électrique en mer. Le Réseau de transport d’électricité (RTE) est chargé de la maîtrise d’ouvrage et du raccordement du parc éolien au réseau au moyen de deux liaisons de 225.000 volts, sous-marines sur 33 km et souterraines sur 28 km.

 

Zones Ramsar et Natura 2000

L’AE suggère de préciser le choix du tracé souterrain des câbles, qui traverse plusieurs zones humides protégées par la convention de Ramsar, d’affiner les impacts du projet sur certaines espèces de mammifères marins (perturbations acoustiques) et sur l’avifaune marine, compte tenu des risques de collisions et de pertes d’habitat.

L’Autorité ajoute que les incidences Natura 2000 doivent être réévaluées pour redéfinir les mesures d’évitement et de réduction des impacts sur deux espèces plus particulièrement affectées, le goéland marin (Larus marinus) et le puffin des Baléares (Puffinus mauretanicus). Pour cette dernière espèce, l’AE demande des expertises complémentaires quant aux conséquences du projet.

 

Des recommandations en l’air?

A l’avenir, l’Etat est invité à préciser ses appels d’offres sur l’éolien offshore, en respectant davantage les exigences de la directive-cadre sur la stratégie du milieu marin, de la protection des habitats et des espèces (relevant de Natura 2000) et de la protection des paysages.

Les mêmes recommandations avaient déjà été émises le 25 mars par l’AE à propos du parc éolien au large de Courseulles-sur-Mer (Calvados). Preuve que ces avis n’ont aucun impact sur les porteurs de projet.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus