Pangolin: vers une protection plus stricte

Le 29 août 2016 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le pangolin, guest star à Johannesburg
Le pangolin, guest star à Johannesburg

Menace sur les pangolins! Alors que 657 d’entre eux, congelés, ont été saisis vendredi 26 août par la police indonésienne, les Etats-membres de la Cites[i] devraient débattre, fin septembre, de leur inscription à l’annexe 1, la plus stricte en termes de conservation des espèces.



[i] Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction

 

Depuis 1994, tous les pangolins sont inscrits à l’annexe 2 de la Cites, celle des espèces dont le commerce «peut être autorisé et doit dans ce cas être couvert par un permis d'exportation ou un certificat de réexportation». Un statut manifestement insuffisant à protéger ces mammifères écaillés, ingrédients de choix de la  pharmacopée et de la cuisine chinoises: dernier épisode en date, la saisie, vendredi 26 août, de 657 pangolins congelés sur l’île de Java (Indonésie).

Les diverses espèces de pangolin voient leurs effectifs fondre à vue d’œil. Pour le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW), «plus d’un million de pangolins ont été retirés de leur habitat naturel ces 10 dernières années pour être vendus illégalement. En prenant en compte le fait que les pangolins sont des mammifères à croissance lente, la vitesse à laquelle ils sont tués est absolument non viable et pourrait entraîner la disparition de populations entières dans la prochaine génération».

Pangolins asiatiques et africains

En raison de la raréfaction des pangolins asiatiques, la demande s’est reportée sur ceux originaires d’Afrique, à leur tour dans une mauvaise passe. La question sera centrale lors de la 17ème conférence des parties (COP17) de la Cites, qui se tient du 24 septembre au 5 octobre à Johannesburg (Afrique du Sud).

Plusieurs propositions vont en effet être examinées afin d’inscrire les pangolins à l’annexe 1 de la Cites, statut qui interdit tout commerce international de ces espèces sauf dérogation spécifique -notamment à des fins de recherche. Parmi les espèces mentionnées, le grand pangolin de l’Inde, le pangolin malais, le pangolin des Philippines et le pangolin de Chine ainsi que plusieurs espèces africaines: pangolin commun, pangolin géant, pangolin à longue queue et pangolin de Temminck.

Lion, éléphant, macaque…

Egalement en jeu à Johannesburg, le statut du lion, dont plusieurs pays africains proposent de transférer toutes les populations vivant sur le continent de l’annexe 2 à l’annexe 1. Idem pour l’éléphant d’Afrique, qui pourrait faire l’objet d’un bras de fer entre plusieurs pays africains qui demandent son inscription à l’annexe 1 et ceux (Namibie, Zimbabwe) qui proposent d’ouvrir un marché légal –sous le motif d’enrayer le trafic d’ivoire. L’idée est également avancée par le Swaziland, pour la corne de rhinocéros blanc.

Toujours en Afrique, des propositions visant à transférer le macaque de Barbarie et le perroquet gris du Gabon de l’annexe 2 à l’annexe 1 seront aussi débattues. Côté marin, le requin soyeux, le requin renard et la raie manta pourraient quant à eux être inscrits à l’annexe 2.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus