PAC: les naturalistes rappellent les enjeux pour la biodiversité

Le 05 novembre 2019 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Une occasion historique d'enrayer la crise écologique
Une occasion historique d'enrayer la crise écologique

 

 

Cing organisations représentant 2.500 naturalistes demandent au Parlement européen d’arrêter l’intensification des pratiques agricoles dans le cadre de la réforme de la PAC.

 

Si les chiffres sont connus, les naturalistes européens se sont fait un devoir de les rappeler aux eurodéputés, en plein débat sur la future Politique agricole commune (PAC) post-2021. L’agriculture intensive a entraîné le déclin de 55% des populations d’oiseaux européens en milieu agricole entre 1980 et 2015. Les populations d’insectes se sont effondrées de 76% entre 1989 et 2016. «La PAC a conduit à une intensification des pratiques agricoles, une homogénéisation des paysages, une augmentation des pesticides et des fréquences de fauche, l’expansion de l’irrigation et la destruction des pâturages», résument les cinq organisations scientifiques, dont l’Union européenne des ornithologues et la Fondation européenne des mammifères.

 

Echec du verdissement

Dans une lettre ouverte adressée ce 5 novembre aux eurodéputés, les naturalistes rappellent que le verdissement opéré depuis 2014 n’est pas parvenu à enrayer la crise écologique. En partie parce que les négociations ont été monopolisées par les représentants du secteur agricole au détriment des environnementalistes : commission agriculture du Parlement européen et ministres de l’agriculture au sein du Conseil. Résultat: les mesures environnementales du premier pilier –mal contrôlées- se sont avérées insuffisantes pour conserver et restaurer la biodiversité.

 

Eviter un nouveau désastre

Largement dénoncé, cet échec écologique risque pourtant de se répéter. Comme la Cour des comptes européenne l’avait déjà dénoncé, dans  son analyse de la proposition de PAC post-2020 en novembre 2018, les associations naturalistes affirment que le texte actuel «n’envisage pas une véritable réforme de la PAC et risque même de réduire ses ambitions». Pour enrayer la crise écologique, elles avancent une solution qui ne tient pas du miracle, mais de «mesures ciblées au profit des petites exploitations pratiquant une agriculture responsable pour maintenir des terres à haute valeur écologique». «Des aides financières spécifiques pour la biodiversité dans les exploitations peuvent faire du pâturage extensif une option viable et compétitive pour les agriculteurs», écrivent-elles au Parlement européen.

 

Green Deal plutôt que greenwashing

«Les preuves scientifiques parlent d’elles-mêmes. L’agriculture intensive tue la nature. Si la PAC n’est pas fondamentalement réformée en faveur de la nature, les promesses d’une Green Deal européen pour la biodiversité et le climat resteront lettre morte», alerte Harriet Bradley, responsable de la politique agricole européenne à BirdLife Europe.

Alors que le débat autour de la PAC post-2021 se focalise actuellement sur le montant du budget (amputé de la contribution britannique), plusieurs organisations avancent leurs propositions alternatives. Dans un rapport publié le 23 octobre, France Stratégie préconise notamment de revoir le fonctionnement des aides directes pour les attribuer selon le nombre d’emplois par exploitation et non plus le nombre d’hectares. Une autre façon de barrer la route à l’agriculture intensive. 

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus