Oxydes d’azote: Londres fait pression pour dépasser le plafond

Le 14 décembre 2015 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Intense lobbying dans le cadre de la révision de la directive NEC
Intense lobbying dans le cadre de la révision de la directive NEC

Selon l’ONG de juristes ClientEarth, le gouvernement britannique fait pression sur Bruxelles pour retarder et assouplir les nouvelles normes d’émission des polluants atmosphériques.

 

Selon des documents consultés par l’ONG britannique ainsi que le quotidien The Guardian, Londres a écrit à la Commission européenne pour permettre aux constructeurs automobiles de dépasser le plafond d’émission des oxydes d’azote jusqu’en 2021 (80 milligrammes par kilomètre) et de limiter ensuite son respect à 40% du seuil. Un lobbying exercé dans le cadre de la révision de la directive sur les plafonds nationaux d’émission (directive NEC).

«Le Parlement européen doit empêcher l’adoption de ces règles», a déclaré Alan Andrews, avocat pour ClientEarth, alors que le comité Environnement du Parlement doit se réunir ce 14 décembre au soir.

 

Pollution assurée jusqu’en 2030

 

Selon le ministère britannique de l’environnement, de l’alimentation et des affaires rurales (Defra), 50.000 personnes meurent chaque année prématurément de la pollution atmosphérique au Royaume-Uni.

Londres n’en est pourtant pas à sa première plainte. En avril dernier, la Cour suprême a ordonné au gouvernement de David Cameron de mettre en place des plans de lutte contre la pollution de l’air, alors que le plafond européen d’émission d’oxydes d’azote devrait être dépassé jusqu’en 2030 selon une estimation de Defra. La procédure judiciaire avait été intentée par l’association ClientEarth.

Ce lobbying britannique ne devrait pas déplaire en Allemagne. Les principaux constructeurs automobiles du Royaume-Uni (Mini, Bentley, Rolls Royce) appartiennent en effet à BMW et Volkswagen.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus