Ouverture de la conférence bancaire et financière

Le 23 juin 2014 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Sapin et Royal, les deux piliers financiers de la transition énergétique.
Sapin et Royal, les deux piliers financiers de la transition énergétique.
VLDT

Sept mois après la publication du rapport Dron sur le financement de la transition écologique, le gouvernement passe enfin aux travaux pratiques. Avec trois mois de retard, les ministres de l’écologie et des finances ont officiellement ouvert, ce lundi 23 juin, la conférence bancaire et financière. En clair, comment financer la transition énergétique?

«La problématique est simple. On a d’un côté une multitude de projets qui cherchent des financements et d’un autre côté un secteur privé, doté de masses considérables d’argent à placer, mais qui hésite à investir dans ce qu’il considère pour l’instant comme un non-sujet», résume l’économiste Alain Grandjean.

Mieux que le Grenelle

Pour tenter de faire sauter ce verrou ultime, Ségolène Royal et Michel Sapin ont réuni, ce lundi à l’hôtel de Roquelaure, des représentants de toutes les parties prenantes au débat sur la transition énergétique. «Des banquiers et des associatifs, des entrepreneurs avec des syndicalistes, des parlementaire avec des élus locaux; même pendant le Grenelle on n’avait pas vu un tel rassemblement», s’exclame un vieux routier des négociations environnementales.

Rentable, donc finançable

Deux heures durant, cet exceptionnel aréopage a rappelé les fondamentaux de la transition énergétique et les pistes ouvertes (et surtout à ouvrir) pour la financer. Optimiste, Michel Sapin a estimé que «la transition énergétique était rentable. C’est pour cela qu’elle sera financée». Les interventions de ses successeurs au micro n’ont pas forcément laissé la même impression.

Nombre d’entre eux ont rappelé l’échec de dispositifs existants, tels l’éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ) ou la quasi-impossibilité de faire investir les copropriétés, propriétaires de 20% du parc de logement français, comme l’a rappelé Jacques Chanut, président de la Fédération française du bâtiment.

Tiers financement…

Alors, chacun y est allé de sa proposition. Sans surprise, Jean-Jacques Queyranne, président du conseil régional Rhône-Alpes, a plaidé en faveur du tiers financement. Et pour cause, Rhône-Alpes a créé deux sociétés de tiers investissements, l’une dédiée à l’efficacité énergétique, l’autre au développement des énergies renouvelables locales. D’autres régions, comme la Picardie ou l’Ile-de-France sont sur la même voie.

Directeur général du Crédit foncier de France, Bruno Délétré n’est pas forcément hostile à l’idée. A la condition que les banques maîtrisent l’aspect financement: «Il est important que le métier du financement soit fait par les banquiers», insiste-t-il.

… mais pas sans les banques

La synthèse pourrait venir de la Caisse des dépôts. Patron de CDC Climat, Pierre Ducret estime que l’on doit renforcer la logique du guichet unique, tâche pouvant être assurée par les collectivités, mais «qu’il ne faut pas se substituer aux banques» pour s’occuper du financement.

N’oublions pas les entreprises...

Cette opposition des banques à la montée en puissance de sociétés d’économie mixte a fait bondir Corinne Rufet. «Le tiers financement est une disposition inventée grâce à la créativité des territoires et non de celle des banques. Ce n’est pas avec les vieilles recettes que l’on va progresser», a tonné la vice-présidente du conseil régional d’Ile-de-France, également membre du conseil de surveillance de la SEM Energie Posit’If.

Venu d’Alsace, Thierry Copie a appelé l’assemblée à ne pas se cantonner à la seule rénovation thermique des bâtiments. «Cette idée de tiers financement intéresse les PME et les TPE car, entre investir dans leur cœur de métier et dans l’efficacité énergétique, elles n’ont pour le moment pas d’autre choix que d’investir dans leur activité», constate le directeur de Socomec.

... Ni le développement durable

Anne Bringaud, elle non plus, ne veut pas d’une transition qui se résumerait aux bâtiments BBC. Et la responsable du Réseau Action Climat de rappeler que la transition énergétique concerne aussi les transports, responsables de 20% de la consommation d’énergie française.

Côté pratique, Bruno Genty (France Nature Environnement) recommande de prélever dans les réserves constituées par les dépôts sur les livrets de développement durable, qui «pour l’instant ne financent pas du tout des projets de développement durable».

Seul résultat concret pouvant être mis au crédit de cette première demi-journée de discussion: la formation de 4 groupes de travail. Ces prochaines semaines, les parties prenantes de la transition énergétique devront s’accorder sur les meilleurs moyens de rénover les logements, de généraliser le tiers financement, de financer la transition énergétique des entreprises. Le tout en préservant des ressources pour l’accroissement des énergies renouvelables.

Le temps est compté. La synthèse des travaux de ces 4 groupes de travail doit être rendue entre la fin juillet et la mi-septembre. A vos propositions…



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus