Ouragan Florence: un premier bilan en Caroline du Nord

Le 24 septembre 2018 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Les crues emportent les cendres de la centrale de Sutton.
Les crues emportent les cendres de la centrale de Sutton.
Duke Energy

 

La production d’électricité, l’élevage et l’adduction d’eau potable sont les secteurs les plus touchés par le passage de l’ouragan.


«Quand une crue censée ne se produire que tous les 500 ans arrive tous les deux ans, ce n’est plus une crue dont le temps de retour est de 500 ans.» Tragique constat que tire Roy Cooper, gouverneur de la Caroline du Nord, du passage de l’ouragan Florence. L’État des talons de goudron a particulièrement souffert du premier cyclone de la saison ayant frappé les Etats-Unis.

Ayant subi des vents violents et des pluies torrentielles, ce pilier de la Bible Belt connaît son second typhon en deux ans. En octobre 2016, Matthew avait noyé en partie la capitale Wilmington et plongé dans le noir près de 500.000 Nord-Caroliniens.

Dix jours après l’atterrage de Florence, les premiers bilans s’annoncent plus lourds encore.

la capitale coupée du monde

Dimanche 23 septembre, le gouverneur comptabilisait 33 victimes et 20.000 personnes déplacées. Environ 500 routes et axes de circulation sont encore sous les eaux, réduisant la capacité d’intervention des services de secours. Au pic de l’ouragan, plus d’un million de personnes ont été plongées dans le noir, faute d’électricité. Durant quelques jours, Wilmington a été coupée du monde. Ses 60.000 habitants ont dû être ravitaillés par des convois militaires.

L’électricité est l’un des secteurs qui a donné des sueurs froides aux services de l’Etat. Par précaution, Duke Energy avait mis à l’arrêt les deux réacteurs de sa centrale nucléaire de Brunswick, qui a été légèrement inondée. L’une des deux tranches a été remise en service depuis quelques jours.

cendres volantes et baladeuses

Les centrales au charbon, en revanche, n’ont pas été épargnées. Leur dépôt de cendres plus exactement. A Sutton, près de la capitale, la nouvelle centrale au gaz voisine avec les stockages de cendres volantes des chaudières au charbon, aujourd’hui arrêtées. Riches en arsenic, plomb et mercure, les cendres sont les résidus de la combustion du charbon. Sous l’effet des crues, plusieurs de ces stockages de Sutton ont été ennoyés, relâchant environ 1.500 mètres cubes de cendres dans le flot du fleuve Cape Fear, selon les estimations de Duke.

centrales photovoltaïques touchées

Avec 5 gigawatts crête (GWc) installés, la Caroline du Nord dispose du deuxième parc photovoltaïque américain (après celui de la Californie). Un système réputé fragile. Et de fait, les deux tiers des capacités installées ont été mises hors services. Deux raisons à cela. Les vents tempétueux ont fait subir de gros dégâts aux réseaux de transport et de distribution. De plus, nombre de fermes solaires ont été construites dans des zones inondables. Strata Solar, qui exploite 140 installations de ce type dans l’Etat, estime que la moitié d’entre elles fonctionnent encore. Les autres, inaccessibles pour la plupart, ont probablement été victimes de courts-circuits.

L’élevage est sans doute le secteur le plus touché. Avant la tempête, la Caroline du Nord abritait dans 2.100 élevages industriels 9 millions de cochons et 830 millions de volailles. Selon les données fournies par le ministère local de l’agriculture, 3,5 millions de poulets et près de 6.000 porcs ont été noyés.

les crues coupent l'eau et l'assainisssement

Les eaux ont aussi emporté ou atteint 110 stockages de lisiers: 8 fois plus qu’en 2016. Les cours d’eau et les nappes phréatiques sont désormais menacés d’une pollution par les nitrates et l’ammoniac. Paradoxe, alors que de nombreuses régions sont inondées, les Nord-Caroliniens manquent d’eau potable. La montée des eaux provoquée par les pluies torrentielles de l’ouragan a noyé 16 usines de production d’eau potable et une demi-douzaine de stations d’épuration.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus