Où en sont les cyclones ?

Le 16 septembre 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Il y a quelques semaines, les prévisionnistes de l’université du Colorado et de l’ administration américaine de l’océan et de l’atmosphère (Noaa, selon l’acronyme américain) annonçaient une saison cyclonique intense sur l’Atlantique Nord et la mer des Caraïbes. Alors que le pic de la saison a été atteint, le JDLE revient sur ces prévisions.


Sans aucun doute, le millésime 2010 s’annonce, d’ores et déjà, comme au-dessus dela moyenne. Depuisle début de la saison cyclonique, 11 tempêtes tropicales se sont formées, contre 6 pour une année moyenne. La Noaa en avait prévu de 14 à 20. Déjà 5 ouragans de type « Cap vert » ont été enregistrés, soit 2 de plus que durant une année de base. La Noaa en a annoncé de 8 à 12. Enfin, 4 ouragans majeurs ont déjà défrayé la chronique, soit 5 fois plus qu’en temps « normal ». La Noaa en prévoyait de 4 à 6.


Pour la plupart des météorologistes, 4 facteurs expliquent principalement cette activité accrue. D’abord, la fin de l’épisode El Nino qui a inhibé l’activité cyclonique de la région l’année passée. Ensuite, la persistance d’une « anomalie chaude » (des températures plus élevées que la normale saisonnière) dans l’ Atlantique durant le premier semestre.

Par ailleurs, rappelle-t-on à Météo France, « depuis 1995, le signal tropical multi-décennal est favorable à une activité cyclonique relativement soutenue. » Enfin, le printemps a été caractérisé par la faiblesse de l’anticyclone des Açores. Ces pressions moins élevées sur le centre Atlantique sont responsables d’un affaiblissement des alizés soufflant entre l’Afrique et les Antilles. Or, des alizés faibles favorisent la formation de cyclones sur cette région du monde.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus