ONF: les syndicats s’inquiètent

Le 17 décembre 2019
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Bernard Munch reconnaît qu'il n'est pas un professionnel de la forêt.
Bernard Munch reconnaît qu'il n'est pas un professionnel de la forêt.
Assemblée nationale

Validée in extremis par le parlement, la candidature de Bertrand Munch à la direction générale de l’Office nationale des forêts (ONF) ne convainc pas les syndicats.

Dans un communiqué, publié ce 17 décembre, 9 centrales syndicales estiment l’ancien préfet incompétent pour diriger l’établissement public gérant les massifs de 11.000 communes forestières. «Sa présentation comme ses réponses [lors de ses auditions devant les parlementaires, ndlr] prouvent qu’il ne dispose d’aucune base sérieuse dans ce domaine, en économie du bois ou environnementale pour prétendre diriger cet établissement», insistent-ils.

comprendre les maires

S’ils ne nient pas la capacité des préfets à «comprendre les problèmes des élus locaux» et à «naviguer dans les bureaux ministériels», les syndicalistes estiment que c’est son ancienne fonction de directeur financier au ministère de l’intérieur que Bertrand Munch doit sa sélection par l’Elysée.

Cette perspective n’enchante guère : «la seule vision de l’établissement exprimée là est l’idée qu’il faut continuer la baisse d’effectifs qui a déjà fait perdre un quart de son personnel à l’ONF depuis le début des années 2000, et inscrire la production forestière dans l’ère industrielle».

homme du sérail

Les signataires demandent à la présidence de la république de revenir sur son choix initial et de promouvoir un homme du sérail alliant «expérience des rouages gouvernementaux, connaissance de la forêt et de l’économie du secteur, compétence technique, managériale, budgétaire et vision de long terme pour l’avenir forestier».

La braise n’est pas sur le point de s’éteindre sous le tapis de feuilles de l’ONF.