ONF: de nouvelles négociations salariales pour endiguer le mal-être

Le 10 avril 2013 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Une forêt en Poméranie, Pologne.
Une forêt en Poméranie, Pologne.
DR

Au lendemain du suicide de deux forestiers, la direction de l’Office national des forêts a annoncé l’ouverture de négociations salariales avec les organisations syndicales. «Nous allons conduire une grande négociation autour des valeurs de l'ONF en tenant compte de la critique formulée par les organisations syndicales qui pointent le ‘management par objectif’ qui aurait tendance à individualiser les tâches, isoler les personnels», a déclaré à l'AFP le directeur général de l'Office, Pascal Viné. Au programme des négociations: «l'organisation, le management, les ressources humaines et les conditions de travail». Autant de questions cruciales pour les 9.500 agents -dont 6.300 fonctionnaires-, dont les effectifs ont fondu d’un tiers en 25 ans. Les négociations devraient avoir lieu jusqu’à la fin du mois de mai, en l’absence du directeur des ressources humaines, remplacé provisoirement par le directeur général. «Le DRH ne pouvait plus poursuivre sa mission face à ‘la situation sociale de l'établissement associée à des menaces personnelles’», écrit le site spécialisé Miroir social. Depuis 2005, 31 suicides ont été recensés par les syndicats.

 

De ces négociations qui s’ouvrent, Philippe Berger, le secrétaire général du Syndicat National Unifié des Personnels des Forêts et de l'espace Naturel, n’attend pas grand chose. «Le dernier protocole négocié avec l’actuelle direction n’a pas été appliqué», explique t-il au Journal de l’environnement. «On est échaudés pour la suite des négociations, d’autant que le directeur a clairement dit que la question de l’emploi relève uniquement de la décision du ministère de tutelle.» Le syndicat majoritaire à l’ONF réclame «d’arrêter l’hémorragie» du personnel, que les gens «soient remis sur le terrain» et que la gestion du personnel soit «mieux adaptée». Le contrat d'objectifs signé avec l'Etat pour la période 2012-2016 prévoit la suppressions de plus de 600 postes.

 

C’est depuis la tempête de 1999 et l’effondrement du cours du bois que l’organisation du travail à l’ONF a été bousculée. Philippe Berger décrit des personnels qui vivent dans l’inquiétude de restructurations permanentes dans leur service, écrasés par «un saucissonnage des activités»; celui-ci démultiplie les échelons hiérarchiques, auxquels il faut rendre des comptes sur des données de terrain qu’ils ont l’impression de ne plus avoir le temps d’arpenter. «Le territoire dont chaque forestier avait la garde est passé d’environ 1.000 à 1.700 hectares», explique Philippe Berger. Il dénonce une sylviculture devenue beaucoup trop productive, avec des objectifs de rentabilité de coupe qui leur fendent le cœur. «Des circulaires nous demandent de réduire la révolution des arbres. Du coup, on dit aujourd’hui qu’un gros chêne, c’est 60 de diamètre, alors que pour nous, c’est 90 ou 100», détaille le forestier. Sans compter les impacts sur les équilibres naturels de la forêt, «puisque vous avez beaucoup plus de biodiversité dans les vieux arbres que dans une forêt jeune», explique t-il.

 

L'audit socio-organisationnel mené en 2012 avait révélé que 8,4% des 4.900 personnes ayant répondu au questionnaire présentaient des symptômes d’état dépressif installé. La moitié d’entre elles considéraient vivre un conflit de valeurs «au point de devoir protéger la forêt contre l’ONF». «Ils n’ont plus le sentiment de travailler pour la forêt, ni de pouvoir la protéger», confirme Philippe Berger. Et de citer les exploitations forestières menées parfois de façon brutale par des bûcherons peu ou mal formés, qui blessent les arbres encore debout et saccagent les sols en débardant sans ménagement. «La peur du forestier jouait; aujourd’hui, les abattages ne se font plus dans des conditions satisfaisantes. De plus en plus d’associations de terrain relaient les dégâts causés par les débardages», explique le syndicaliste.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus