Onema et Cemagref, unis pour améliorer la qualité de l’eau

Le 28 octobre 2010 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La bande enherbée permet d'intercepter le flux d'eau de ruissellement qui contient les pesticides.
La bande enherbée permet d'intercepter le flux d'eau de ruissellement qui contient les pesticides.

Va-t-on arriver d’ici 2015 au « bon état écologique des eaux » comme le demande la directive-cadre sur l’eau de 2000 ? Si le pari semble encore hors de portée pour la France, des avancées sont tout de même à noter. L’Onema et le Cemagref ont présenté aujourd’hui 28 octobre le bilan de trois années de coopération en faveur de l’amélioration de la qualité des eaux.

 Les rapports récents convergent : les conséquences des activités humaines nuisent à la qualité des eaux françaises. Pesticides [dans le JDLE], PCB [dans le JDLE], urbanisation galopante, conflits d’usages mais aussi influence du changement climatique… mettent à mal le milieu aquatique et sa biodiversité.

Deux organismes, l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques (Onema) et l’Institut de recherche en sciences et technologies pour l’environnement (Cemagref) se sont associés pour passer « de la recherche à l’action ». Objectif : « Agir de concert pour produire des connaissances et des technologies innovantes nécessaires à la gestion durable des eaux et soutenir les politiques publiques », indique le communiqué commun du 28 octobre.

L’intérêt d’une telle collaboration ? D’un côté le Cemagref, établissement public bien inséré dans le paysage de la science française et européenne (25 ans d’existence) est le premier opérateur national de recherche sur l’eau. Placé sous la double tutelle des ministères en charge de la recherche et de l'agriculture, il bénéficie d’équipes pluridisciplinaires qui travaillent dans 10 implantations régionales et 25 unités de recherche. Les 950 scientifiques sont donc en prise directe avec les territoires. Le Cemagref dispose en 2010 d’un budget annuel de 110 millions d'euros, dont 27 % de ressources propres.

Retrouvez la suite de cet article sur le blog du Salon Pollutec 2010

 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus