Ondes: une étude relativise l’exposition

Le 28 août 2009 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Une étude française suggère que l’exposition individuelle des personnes aux radiofréquences est faible (1).

Jean-François Viel, chercheur au CNRS et à la faculté de médecine de Besançon, et ses collègues, ont conduit une étude auprès de 377 personnes équipées d’un dosimètre individuel capable de mesurer leur exposition aux champs électromagnétiques durant 24 heures.

La valeur moyenne du champ total mesuré était de 0,2 volt par mètre (V/m), plus élevé dans les zones urbaines, la journée, chez les adultes et au cours d’un déplacement. Les expositions les plus élevées étaient dues aux ondes émises par les radios FM (0,044 V/m), suivies par les micro-ondes wifi (0,038 V/m), les téléphones sans fil (0,037 V/m), et les téléphones mobiles (0,037 V/m).

Cependant, comme de nombreux facteurs contribuent à la variabilité élevée de l’exposition aux radiofréquences, ces estimations méritent d’être confirmées par des études complémentaires, concluent les auteurs.

(1) «Radiofrequency exposure in the French general population: Band, time, location and activity variability» Viel J.-F. et al., Environment International (4 août 2009)


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus