Ondes: Paris va abaisser son seuil maximal d’exposition

Le 03 mars 2017 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Paris passe en-dessous de Bruxelles
Paris passe en-dessous de Bruxelles
DR

La Ville de Paris va abaisser de 30% son seuil maximal d’exposition aux ondes électromagnétiques, dans le cadre d’une nouvelle charte de téléphonie mobile qui sera présentée fin mars au Conseil de Paris, a-t-elle annoncé jeudi 2 mars.

Si le seuil maximal est fixé entre 36 et 61 V/m en France, Paris a opté en 2012 pour un seuil plus bas, à 7 V/m dans les lieux de vie fermés. Alors que la charte de la téléphonie mobile arrive à échéance fin mars, sa nouvelle version, présentée fin mars au Conseil de Paris, va de nouveau l’abaisser, à 5 V/m équivalent 900 MHz.

«Cela fera de Paris la métropole la plus protectrice d’Europe, devant Bruxelles, une ville elle aussi très engagée dans ce domaine avec un seuil maximum fixé à 6V/m», explique Anne Hidalgo dans un communiqué de la Ville de Paris. La Suisse se limite quant à elle à des seuils compris entre 4 V/m et 6 V/m selon les bandes de fréquence.

Un Observatoire municipal des ondes

Egalement au programme de la nouvelle charte, le pôle téléphonie mobile de l’Agence d’écologie urbaine, au sein de la direction des espaces verts et de l’environnement, se verra confier la mission d’«Observatoire municipal des ondes», un projet porté par le groupe écologiste de la Ville de Paris.

Outre l’information et la sensibilisation de la population, il sera chargé de campagnes de mesure triennales dans les établissements de la petite enfance et scolaires, ainsi que dans d’autres lieux, par exemple en lien avec les bailleurs sociaux et dans l’espace public, ou autour des antennes relais.

Un comité d’orientation

Dénommé OndesParis, un comité d’orientation sera «chargé de formuler un avis sur les bilans et programmes d’activité» produits par cet observatoire, explique la Ville de Paris. Il réunira «des groupes politiques du Conseil de Paris, de l’ANFR[i], de l’Anses, des associations siégeant en CCTM, des opérateurs de téléphonie mobile, de deux experts dans le domaine des ondes et du président de la CCTM», ajoute-t-elle.

Du côté des mesures à domicile, réalisées gratuitement à la demande des particuliers, la Ville de Paris prévoit un formulaire de demande simplifié. Désormais, «les contrôles pourront être effectués non seulement dans les logements d’habitation, mais aussi sur les terrasses, les cages d’escalier, les balcons et les cours d’immeubles».



[i] ANFR: Agence nationale des fréquences (ANFR), Anses: Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail, CCTM: Commission de concertation de la téléphonie mobile

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus