On pourrait manger plus de poissons, malgré le réchauffement

Le 30 août 2018 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Une condition: gérer les pêcheries de façon durable
Une condition: gérer les pêcheries de façon durable

Selon une étude publiée le 29 août dans la revue Science Advances, une gestion des pêcheries et des droits de pêche adaptée aux effets du réchauffement permettrait d’augmenter les captures.

Même si le réchauffement atteint 4°C d’ici 2100 par rapport à l’ère pré-industrielle, ses effets sur les stocks (baisse des populations, migrations) pourraient être atténués par des plans de gestion adaptés, conclut cette étude réalisée par des chercheurs des universités de Californie, Hokkaido et Londres.


Stocks en hausse
Dans un scénario idéal (irréaliste?), les stocks pourraient s’accroître de 16%, dans le cas d’un réchauffement plafonné à deux degrés Celsius, si les rendements sont optimisés. «C’est un message positif au milieu de la morosité. Nous pouvons contrôler la façon dont nous gérons nos pêcheries et ainsi atténuer les effets du réchauffement climatique», commente Kristin Kleisner, chercheure au Fonds américain de défense de l’environnement, qui a participé à ces travaux.


Quatre scénarios
Pour mener leur étude, les scientifiques ont étudié 4 scénarios d’évolution des pêcheries: une adaptation complète aux effets du réchauffement, partielle en fonction de la redistribution des zones de pêche, partielle en fonction des changements de productivité et un business as usual.


Océan numérique
Quelle est donc la voie à suivre dans les océans? L’étude met en avant les nouvelles technologies de suivi satellitaire, pour une surveillance accrue des navires ou un suivi précis des migrations des espèces. «Les innovations technologiques nous mettent à la portée d’un océan numérique en temps réel. Notre capacité à détecter et à suivre l’activité des navires de pêche subit une transformation extraordinaire», a résumé Sarah Bladen, de Global Fishing Watch, qui a constitué une immense base de données mondiale. Cet outil permet par exemple de détecter rapidement les navires opérant de façon illégale.

 


Des tortues mortes dans les filets / 300 tortues marines olivâtres (Lepidochelys olivacea) ont été retrouvées mortes, le 28 août, au large des côtes mexicaines, après avoir été prises dans des filets de pêche –interdits– d’environ 120 mètres de long. Ce n’est pas une première. Mi-août, déjà, 122 tortues se sont échouées sur des plages de l’Etat mexicain du Chiapas.


Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus