OGM: une hausse mondiale en trompe-l’œil?

Le 30 janvier 2015 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'aubergine Bt, dernier venu des OGM
L'aubergine Bt, dernier venu des OGM
DR

Dans le monde, la surface agricole consacrée aux OGM a augmenté de 3,6% en 2014 par rapport à 2013, se réjouit l’International Service for the Acquisition of Agri-biotech Applications (ISAAA), regroupement des semenciers GM. Pour l’association Inf’OGM, ces chiffres cachent en réalité une stagnation, voire un recul dans plusieurs pays.

Dans son rapport annuel publié mercredi 28 janvier, l’ISAAA estime que 181,5 millions d’hectares étaient plantés avec des variétés transgéniques à travers le monde en 2014. Soit une progression de 3,6% par rapport à 2013, contre +2,8% entre 2012 et 2013.

Au total, 28 pays dans le monde cultiveraient des OGM, en premier lieu les Etats-Unis, le Brésil, l’Argentine, le Canada et l’Inde, qui à eux 5 comptent 89,7% des hectares cultivés. C’est aux Etats-Unis et au Brésil que la progression 2013-2014 est la plus forte, avec respectivement 3 et 1,9 millions d’hectares supplémentaires.

Un recul dans plusieurs pays

Pour Inf’OGM, l’ISAAA pourrait se réjouir un peu vite. Certes, les chiffres mondiaux sont en hausse, mais celle-ci se limite en grande partie aux pays déjà acquis à la cause. Pour 28 pays à OGM en 2014, on en comptait certes 27 en 2013 (le Bangladesh s’y est ajouté), mais 29 en 2010: «la Suède, la Pologne, l’Allemagne et l’Egypte ont quitté le navire, tandis que Cuba, le Soudan et le Bangladesh l’ont rejoint», relève l’association.

Et au-delà des Etats-Unis et du Brésil, Inf’OGM observe une diminution dans «certains pays historiques», dont la Chine (-7%), l’Afrique du Sud (-7%), l’Australie (-17%). Quant au Costa Rica, il ne compte plus que 14 hectares d’OGM, contre 1698 hectares en 2007. Une même tendance à la diminution aurait lieu en Argentine et au Canada, bien que les chiffres diffèrent selon qu’ils émanent de l’ISAAA ou du département américain à l’agriculture (USDA).

Selon Inf’OGM, le transgénique recule aussi dans l’Union européenne (UE), de 3,8% en 2014 par rapport à 2013. De loin le premier pays européen pour le transgénique, l’Espagne a réduit la voilure de 4%. Parmi les 4 autres pays, la République tchèque et la Roumanie enregistrent aussi un recul, seuls la Slovaquie et le Portugal étant en progression.

Chine, Inde… la situation se tend

Au-delà des chiffres, les OGM connaissent des difficultés dans de nombreux pays: la Chine et l’Inde font montre d’une réticence croissante à leur égard, tandis qu’«au Mexique, plusieurs tribunaux ont annulé l’autorisation donnée à Monsanto de cultiver plusieurs centaines de milliers d’hectares avec du soja GM», note Inf’OGM.

Même aux Etats-Unis, des difficultés sont apparues en 2014: moratoire sur la culture d’OGM dans un comté d’Hawaï, étiquetage des OGM obligatoire dans le Vermont et le Maine. Quant à l’Union européenne, elle est en passe de se doter d’une nouvelle procédure, visant à renationaliser les autorisations de culture –une évolution qui ne ravit ni les semenciers ni les écologistes.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus