OGM: la France s’oppose à l’Europe

Le 14 juin 2010 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

A l’occasion du Conseil européen de l’environnement qui s’est tenu le 11 juin, le ministre en charge de l’environnement, Jean-Louis Borloo, s’est exprimé sur la proposition de la Commission européenne consistant à accorder aux Etats membres la possibilité d’interdire sur leurs territoires les cultures d’OGM, à condition de faciliter les autorisations de mise en culture au niveau communautaire.

Le ministre français s’oppose fermement à cette proposition. Il demande qu’avant toute autre décision, les méthodes d’évaluation de l’UE, préalables aux autorisations, soient révisées et harmonisées. Celles-ci nécessitent des analyses plus approfondies des risques. C’est ce qui avait été décidé lors du Conseil européen des ministres de l’environnement de décembre 2008, et Jean-Louis Borloo regrette que le dossier n’ait pas avancé depuis.

France Nature Environnement (FNE) approuve la position du ministre et indique dans un communiqué du 14 juin avoir également dénoncé à plusieurs reprises les carences de la procédure d’évaluation des risques des OGM menée par l’Agence européenne de sécurité alimentaire (Aesa). Pour Lylian Le Goff, co-responsable de la mission Biotechnologies, « il importe que soit réformée cette procédure qui s’effectue au seul examen du dossier présenté par le pétitionnaire, sans contre-expertise ».

Selon FNE, tous les avis favorables rendus jusque-là en faveur des OGM par la Commission devraient être invalidés, à la fois pour des raisons scientifiques et politiques. Et la fédération de poursuivre : « La procédure d’évaluation des OGM devrait intégrer, outre les risques écologiques et toxicologiques de ces plantes à pesticides, leurs impacts socio-économiques, avec des moyens techniques et budgétaires pour mener des contre-expertises pluridisciplinaires, transparentes et indépendantes ».



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus